in

Red Bull a le dernier rire avec un tweet effronté

Sergio Perez a fait en sorte que Red Bull quitte Bakou avec le trophée du vainqueur, mais ils ont aussi eu des affaires avec Mercedes pour finir…

Red Bull est devenu un sérieux challenger de Mercedes en 2021, cherchant à s’assurer que la mainmise des Silver Arrows sur la Formule 1 se termine par sept doubles successifs des titres des pilotes et des constructeurs.

Mais si les combats en piste ont jusqu’à présent été menés proprement et avec respect, on ne peut pas en dire autant dans le paddock.

Ce qui ressemblait à des plaisanteries inoffensives entre l’équipe Mercedes Toto Wolff et le directeur de Red Bull Christian Horner au cours de cette rivalité, a pris un ton très différent au cours des derniers tours.

Le premier point d’éclair majeur a sans doute été le braconnage par Red Bull du personnel de Mercedes pour sa nouvelle division des moteurs. Cela en soi n’était pas frustrant pour le patron de l’équipe Mercedes, Wolff, mais Red Bull, il faut le dire, a été très bruyant à ce sujet.

Même le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, a remis en question la gestion de la situation par Red Bull.

Ensuite, il y a eu la saga de l’aileron arrière «coudé», commencée par les plaintes de Lewis Hamilton, et c’est ce qui a vraiment fait monter la tension entre Wolff et Horner au GP d’Azerbaïdjan.

Cela commencerait lorsque Horner discutait des plaintes de Mercedes concernant l’aileron arrière Red Bull, à propos desquelles il remettait en question la légalité de l’aileron avant de la Mercedes W12.

“Je pense que si j’étais Toto, avec l’aileron avant qu’il a sur sa voiture, je garderais ma bouche fermée.”

Plus tard dans le week-end de course de Bakou, Wolff appellerait Horner un « sac à vent » qui « recherche l’attention des médias ».

Et ainsi, lorsque Perez a remporté sa première victoire sous les couleurs de Red Bull, la formation autrichienne a décidé de quitter Bakou avec le dernier rire.

Beau travail, administrateur Red Bull.

Red Bull est passé du désespoir au plaisir à Bakou. Max Verstappen menait la course jusqu’à ce qu’une crevaison d’un pneu arrière gauche le voit s’écraser alors qu’il ne restait que quelques tours à faire. Avec Hamilton alors promu en P2, le Britannique était en passe de reprendre la tête du championnat des pilotes.

Mais, au redémarrage de la course, Hamilton a accidentellement actionné un interrupteur qui a modifié ses freins et l’a fait se bloquer. Il a dérapé dans la zone de dégagement, tandis que Perez était libre de conduire vers la victoire.

Le résultat final, Verstappen est resté P1 au classement des pilotes, tandis que Red Bull a renforcé son avance sur Mercedes au classement des constructeurs à 26 points.

Suivez-nous sur Twitter @Planète_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram !

Roberto Martinez incertain sur Hazard Fitness

iOS 15, watchOS 8 et plus – .