Ripple s’est associé à Palau pour créer une monnaie numérique

Le pays insulaire de la République des Palaos a rejoint Ripple pour explorer la création de sa monnaie numérique nationale. Le pays du Pacifique occidental et Ripple étudient la première monnaie numérique adossée à l’USD, ainsi que des stratégies pour les paiements transfrontaliers.

Dans un communiqué, le président des Palaos, Surangel Whipps Jr., a déclaré :

«La première phase du partenariat se concentrera sur une stratégie de paiements transfrontaliers et sur l’exploration d’options pour créer une monnaie numérique nationale. Offrir aux citoyens des Palaos un meilleur accès financier ».

Comme indiqué, le partenariat se concentrera d’abord sur le développement de moyens de paiements transfrontaliers qui pourraient être facilités par cette monnaie numérique qui sera adossée au dollar américain. Si tout se passe comme prévu. Dans le cadre de l’accord, Ripple fournira un soutien technologique, commercial, de conception et de politique aux Palaos. Le gouvernement des Palaos veut offrir aux gens une alternative aux devises bancaires avec un meilleur accès financier.

Selon la société blockchain basée à San Francisco, ce partenariat est unique. Car il s’agit de la mise en place de la « première monnaie nationale stable au monde soutenue par le gouvernement ». Un rapport de la société a révélé que ses cas d’utilisation seront, d’une certaine manière, « une alternative viable aux monnaies numériques de la banque centrale (CBDC) ».

Le PDG de Ripple critique Dogecoin pour sa « dynamique inflationniste »

Le PDG de Ripple, Brad Garlinghouse, estime que DOGE n’est pas bon pour le marché des crypto-monnaies en raison de sa prétendue « dynamique inflationniste ». Et, à son offre illimitée.

L’inflation mondiale fait grimper le prix du Bitcoin (BTC). Mais il a une mise en garde pour les fans de Dogecoin, a fait valoir Garlinghouse lors d’un panel modéré par CNBC lors de l’événement Fintech Abu Dhabi mardi.

« En fait, je ne suis pas convaincu, de manière quelque peu controversée je suppose, que Dogecoin est bon pour le marché des crypto-monnaies. Dogecoin a une dynamique inflationniste à part entière qui me rendrait réticent à le conserver », a déclaré le PDG de Ripple.

Garlinghouse, PDG de Ripple, a souligné que Dogecoin n’a pas de plafond strict sur l’offre totale de pièces en circulation. Ce qui le rend très différent de certaines crypto-monnaies majeures, comme le Bitcoin, qui est plafonné à 21 millions de pièces.

La Banque d’Angleterre voit les CBDC comme une révolution pour l’avenir de la monnaie

La Banque d’Angleterre étudie actuellement les options pour mettre en œuvre une livre numérique CBDC pour les paiements de détail. Un groupe de travail derrière la CBDC enquête également sur l’utilisation d’une livre numérique pour payer la paie, les retraites, etc.

Le sous-gouverneur pour la stabilité financière, Sir Jon Cunliffe, a déclaré lors d’une émission en direct son point de vue sur la croissance de l’innovation autour des monnaies numériques dans le pays :

« Il est assez difficile de prédire comment les innovateurs prendront l’argent et l’utiliseront à l’avenir. Mais nous commençons à voir comment l’argent programmable est utilisé dans le monde des crypto-monnaies. Et j’espère que nous assisterons à une révolution similaire dans la fonctionnalité de l’argent entraînée par la technologie.

Cependant, Sir Jon Cunliffe a admis que la situation actuelle de la crypto-monnaie pourrait menacer la stabilité financière du pays. La capitalisation boursière des crypto-monnaies a grimpé en flèche à 2,6 billions de dollars en très peu de temps. Et, on estime que 95% des actifs numériques ne sont pas mis en banque et 5% sont constitués de pièces stables.

ConsenSys exclut soudainement les étudiants iraniens de la classe de codage Ethereum

ConsenSys, la centrale de logiciels d’Ethereum, a retiré environ 50 étudiants iraniens de son cours de programmation en ligne. Dans un mouvement qui met en évidence les zones grises de la loi sur les sanctions auxquelles est confrontée l’industrie de la crypto-monnaie.

À cet égard, les étudiants ont été informés le 13 novembre dans un courrier électronique de la ConsenSys Academy. Une branche éducative de la société basée à Brooklyn, New York. Bien qu’ils aient déjà terminé la plupart de leurs cours, la suspension signifie que les étudiants ne recevront pas de certificats d’achèvement.

Cette décision représente un changement brutal pour ConsenSys, qui avait offert gratuitement le cours à 985 $ aux étudiants iraniens. Et, dans le passé, elle a parlé ouvertement de ses bourses pour les femmes iraniennes.

Vous avez aimé le contenu ? Partagez-le

Share