Rock fracassant du groupe le plus bruyant du monde

Violet foncéL’album de 1972 Live In Japan a placé la barre haute pour leurs albums de concerts, mais son successeur, Made In Europe, enregistré quatre ans plus tard lors de concerts en Autriche, en Allemagne et en France, a été enregistré dans des circonstances plus délicates – en effet, l’album est sorti en octobre 1976, après la rupture du groupe.

Écoutez Made In Europe sur Apple Music et Spotify.

Recevez les dernières nouvelles du rock directement dans votre boîte de réception!

Le membre fondateur et guitariste principal Ritchie Blackmore était déjà sur le point de partir au moment où Deep Purple a pris la route, et avait déjà commencé à travailler sur des chansons avec le chanteur Ronnie James Dio pour leur nouveau groupe, arc-en-ciel. Blackmore a déclaré: «J’étais fatigué et je voulais juste avancer … J’en avais assez de toutes les aggravations liées à la connaissance des gens pendant huit ans.

Malgré sa nouvelle détermination, le jeu de Blackmore aux trois dates d’avril 1975 (à Graz, Sarrebruck et Paris) était aussi passionné et précis qu’il l’avait été sur des albums studio classiques tels que Deep Purple In Rock.

L’album de cinq chansons Made In Europe s’ouvre sur une version enthousiasmante de «Burn», qui avait ouvert le concert du groupe pendant les deux années précédentes. Co-écrite par Blackmore, la chanson doit quelque chose à la composition de George Gershwin de 1924 «Fascinating Rhythm», qui, selon Blackmore, devait tourner inconsciemment dans sa tête quand il imagina le riff de la chanson.

Fabriqué en Europe, enregistré avec Les pierres qui roulentLe studio mobile et produit par Martin Birch, collaborateur de longue date de Deep Purple, donne souvent l’impression d’une jam session prolongée. Dans la version de près de 12 minutes de «Mistreated», le groupe rend hommage à BB King“Rock Me Baby”. La performance montre également les compétences vocales de David Coverdale, qui avait rejoint la formation en constante évolution de Deep Purple en 1973.

Un “Lady Double Dealer” au rythme rapide est suivi d’une version épique de 16 minutes de “You Fool No One” sur laquelle Jon Lord joue une introduction accomplie en solo à l’orgue Hammond. La chanson originale, tirée de l’album de 1974 Burn, ne durait que quatre minutes, mais le groupe s’amuse à jouer sur cette confiture, apportant même quelques mesures prolongées de la chanson folklorique juive «Hava Nagila», pour le plus grand plaisir de la foule. Ils accélèrent ensuite le rythme et la puissance du rock lourd – comme on peut s’y attendre d’un groupe qui était autrefois entré dans le Guinness Book Of World Records en tant que groupe le plus bruyant du monde. Tout au long de Made In Europe, Deep Purple montre à quel point ils étaient une unité bien répétée.

L’album se termine par une version de «Stormbringer», qui a été tirée du titre d’un roman de Michael Moorcock basé sur le mythe d’une épée magique. Blackmore, qui a déclaré avoir appris une partie de sa mise en scène lorsqu’il était jeune en travaillant avec Screaming Lord Sutch, apporte une puissance de feu à la version, habilement soutenu par Glenn Hughes à la basse et Ian Paice à la batterie.

Fabriqué en Europe peut être acheté ici.

Écoutez le meilleur de Deep Purple sur Apple Music et Spotify.