« Samedi, nous avons notifié que les joueurs devaient se mettre en quarantaine »

09/06/2021 à 03h54 CEST

L’équipe argentine a été notifiée samedi par les autorités brésiliennes compétentes que ses quatre footballeurs qui résident en Angleterre ne pourraient pas jouer Brésil-Argentine, se qualifiant pour Qatar 2022, car ils ont dû faire une quarantaine obligatoire dès leur arrivée à Sao Paulo. Et le non-respect répété de cette détermination est ce qui a conduit les membres de l’Agence nationale de surveillance de la santé (ANVISA) à suspendre le superclassique sud-américain qui s’est joué au stade Corinthians.

C’est la version de la Surveillance Sanitaire exposée dans une note officielle et dans chacun des entretiens de ses dirigeants. Cette agence fédérale assure que samedi l’Albiceleste a été avertie deux fois sur l’obligation que Emiliano Martinez, Emiliano Buendia, tous deux d’Aston Villa, et Cuti Romero et Le Celso, Tottenham, font une quarantaine car ils étaient en Angleterre moins de 15 jours avant d’entrer au Brésil.

La première notification aurait eu lieu samedi matin à l’hôtel de concentration d’Albiceleste où se trouvaient des représentants de la santé de l’État de Sao Paulo. Et la seconde, toujours selon l’ANVISA, aurait eu lieu dans l’après-midi, avant l’entraînement de l’Albiceleste dans le stade du match, en présence de représentants de l’AFA, de la CBF, de la Conmebol, du ministère de la Santé et des membres du Secrétariat régional de la Santé. Département de l’état de Sao Paulo. « Lors de cette réunion, la quarantaine des quatre joueurs a été déterminée »dit ANVISA.

L’Argentine, cependant, a ignoré la détermination, selon les autorités brésiliennes. Les quatre joueurs de Premier League ont quitté l’hôtel pour s’entraîner et c’est à ce moment-là que la Surveillance Sanitaire a demandé à la Police Fédérale d’agir.

Dimanche, lorsque les agents se sont présentés à l’hôtel Albiceleste, ils étaient déjà partis pour le stade et, déjà à la Neo Química Arena, ils n’ont pas pu entrer dans le vestiaire des visiteurs en raison de l’interférence de la délégation argentine.

« L’ANVISA voulait que la règle soit respectée, pas que le jeu soit interrompu, les joueurs devraient être séparés et expulsés et c’est ce qu’elle a essayé de faire », exposé Alex Machado Campos, l’un des cadres de l’agence, qui considère qu’Albiceleste n’a pas respecté à plusieurs reprises la réglementation sanitaire brésilienne. Tout a commencé avec l’omission dans le formulaire d’accès individuel aux pays que les quatre joueurs avaient été en Angleterre avant de déménager au Venezuela, où ils avaient joué jeudi.

La Surveillance Sanitaire assure que, dans ce cas, le gouvernement brésilien n’avait pas approuvé au préalable un protocole d’exception qui a permis la participation des quatre joueurs au match.

L’AFA, de son côté, précise qu’elle n’a pas été notifiée samedi par les autorités locales et que, durant tout leur séjour à Sao Paulo, ils se sont conformés à la législation sanitaire en vigueur à la Conmebol pour la dispute des qualificatifs sud-américains.

« Ici, vous ne pouvez pas parler de mensonge car il existe une législation sanitaire en vertu de laquelle tous les tournois sud-américains sont joués. Les autorités sanitaires de chaque pays ont approuvé un protocole que nous respectons au maximum », exposé Claudio Tapia président de l’AFA.

Share