Saudi Aramco bat les prévisions de bénéfices trimestriels et maintient son dividende

PHOTO DE FICHIER: Le logo Saudi Aramco est photographié à l’installation pétrolière de Khurais, en Arabie Saoudite

Le producteur pétrolier d’État Saudi Aramco (2222.SE) a battu mardi les prévisions des analystes avec une hausse de 30% du bénéfice net du premier trimestre et a maintenu son versement de dividendes, aidé par la vigueur des prix du pétrole.

Les bénéfices des sociétés énergétiques mondiales telles qu’Exxon Mobil (XOM.N) ont grimpé grâce à la hausse des prix du brut, qui ont augmenté d’environ un tiers cette année, alors que la demande de carburant se remet de la pandémie et que l’excédent mondial de brut diminue.

«Compte tenu des signes positifs de la demande d’énergie en 2021, il y a plus de raisons d’être optimiste quant à l’approche de jours meilleurs», a déclaré Amin Nasser, directeur général du premier exportateur mondial de pétrole, dans un communiqué.

«Et même si certains vents contraires subsistent, nous sommes bien placés pour répondre aux besoins énergétiques croissants du monde alors que les économies commencent à se redresser», a-t-il déclaré.

Le bénéfice net est passé à 21,7 milliards de dollars pour le trimestre au 31 mars, contre 16,7 milliards de dollars un an plus tôt. Aramco avait prévu de dégager un bénéfice net de 19,48 milliards de dollars, selon une moyenne basée sur les estimations de cinq analystes.

Aramco, qui a été cotée en 2019 avec la vente d’une participation de 1,7% principalement aux institutions publiques et régionales saoudiennes, a déclaré que les bénéfices avaient été stimulés par des prix du brut plus élevés et des marges de raffinage et de produits chimiques plus élevées, contribuant à compenser la baisse de la production.

Le groupe OPEP +, l’alliance qui regroupe l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, la Russie et plusieurs autres producteurs, a réduit sa production pour soutenir les prix mais a convenu d’un plan en avril pour commencer à assouplir progressivement ces freins à partir du 1er mai.

Aramco, qui a réduit sa production dans le cadre de ce pacte et à la suite des réductions volontaires supplémentaires de la production de l’Arabie saoudite, a déclaré que la demande mondiale de produits pétroliers se remettait de ses creux de 2020 mais restait en deçà des niveaux d’avant la pandémie.

Aramco a déclaré un dividende de 18,8 milliards de dollars pour le premier trimestre, à verser au deuxième trimestre, conformément aux prévisions de la société d’un dividende de 75 milliards de dollars pour cette année.

Aramco a déclaré qu’il prévoyait des dépenses en capital d’environ 35 milliards de dollars en 2021, contre une prévision initiale de 40 à 45 milliards de dollars.

La production totale moyenne d’hydrocarbures d’Aramco s’est établie à 11,5 millions de barils par jour d’équivalent pétrole au premier trimestre de 2021. Cela comprend 8,6 millions de barils par jour de pétrole brut.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a déclaré que davantage d’actions d’Aramco pourraient être vendues d’ici un an ou deux, y compris à des investisseurs internationaux. Il a déclaré que le royaume était en pourparlers pour vendre 1% à une société énergétique mondiale de premier plan.

Le dirigeant de facto du royaume a également annoncé le mois dernier une nouvelle initiative appelée Shareek or Partner, dans laquelle de grandes entreprises saoudiennes, dont Aramco, dirigeraient les investissements du secteur privé dans l’économie nationale au cours des 10 prochaines années.

HSBC, dans une note sur les capitaux propres aux clients, a déclaré que cette décision pourrait restreindre la marge de manœuvre pour augmenter considérablement les dividendes au cours des prochaines années.