Sebastian Vettel remet en question « l’accord de gentleman » après la dispute d’Alonso

Sebastian Vettel a remis en question l’existence du « gentleman’s agreement » lors des qualifications de Formule 1 après un incident de blocage avec Fernando Alonso.

Le pilote Aston Martin se préparait pour sa dernière manche en Q2 au Grand Prix d’Autriche quand Alonso, lors de son dernier tour « chaud », est arrivé derrière lui à l’approche du dernier virage.

Bien que Vettel ait quitté la ligne de course, il était clair que l’Espagnol avait été gêné et avait perdu du temps, ce qui lui a coûté la chance de se hisser dans le top 10 et d’atteindre la Q3 au Red Bull Ring.

Par la suite, le pilote Alpine, qui avait fait signe à Vettel avec colère, a déclaré que l’incident avait ruiné ses chances de marquer des points le week-end car il s’était qualifié de 14e provisoire au lieu d’un potentiel cinquième ou sixième, et que toute pénalité encourue par ceux qui avaient contribué à son malheur n’était « jamais assez ».

Cependant, l’homme de 39 ans a plus tard insisté sur le fait que Vettel n’avait rien fait de mal, pointant plutôt du doigt les voitures devant lui – juste devant l’Aston Martin sur la route, selon les images embarquées, semblaient être celles d’Antonio Giovinazzi. Alfa Romeo.

Découvrez toutes les dernières marchandises Sebastian Vettel/Aston Martin via la boutique officielle de Formule 1

Les notes de course révisées du directeur de course de la FIA, Michael Masi, publiées samedi matin interdisaient strictement aux pilotes de ralentir pour créer un écart entre les virages 9 et 10 – et deux pilotes, Valtteri Bottas et Carlos Sainz, ont été appelés devant les commissaires sportifs pour avoir fait exactement cela en Q2.

Ironiquement, Vettel, le jour de son 34e anniversaire, a lui-même raté un dernier tour lancé en Q2 car il n’a pas réussi à atteindre le drapeau à damier à temps, bien qu’il ait tout de même avancé en Q3 où il était huitième plus rapide.

C’est loin d’être la première course cette année au cours de laquelle les embouteillages en qualifications ont gêné les pilotes et demandé si le ‘gentlemen’s agreement’ était plus ignoré que les années précédentes, Vettel a ensuite demandé aux journalistes : « A-t-il déjà été en place ?

« Je ne l’ai vu que [Alonso] très tard, donc je n’aurais pas pu faire grand-chose et je pense que c’est la faute des pilotes devant qui n’arrêtent pas de sauter la file d’attente. Je ne pense pas que ce soit juste et ce n’est pas ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord.

Quant à ce qui peut être fait pour empêcher de futurs incidents de blocage, il a ajouté : « Vous ne pouvez pas faire grand-chose. On ne se parle pas. Nous parlons les uns des autres mais pas les uns avec les autres.

Suivez toute l’action du Grand Prix d’Autriche avec le live center PlanetF1

Share