Seul un ouragan appelé Broberg laisse le récital de Cañi en arrière-plan

Seul le récital suédois Kristoffer Broberg (-23), avec un parcours étonnant de 61 coups qui a égalé le record le plus bas de l’histoire après 54 trous dans le tournée européenne (qu’ils se vantent Howell et Els), empêchera l’espagnol Alejandro Cañizares (-14), en troisième position, pour sortir ce dimanche à Bernardus Golf de Cromvoirt avec des options sérieuses pour se battre pour la victoire dans le Open des Pays-Bas, un tournoi dans lequel vous assistez à un golf du plus haut niveau.

Après six ans dans un passé discret (également marqué par des blessures), après quoi il reste à ce jour sa première et unique victoire sur le circuit (dans le BMW Masters à partir de 2015), Broberg a récupéré le jeu qui l’a amené à remporter quatre tournois dans la même saison de la Tournée du défi ou pour signer des rondes sensationnelles, près de 60 coups, comme celle de cet après-midi. Une exposition à part entière basée principalement sur son extraordinaire réussite à la lecture des greens.

Le Suédois les a mis de toutes les couleurs jusqu’à atteindre 18 avec des possibilités de jouer en dessous de 60 coups. Juste une erreur du tee, envoyant sa balle loin vers la gauche, dans un bunker quelques minutes avant qu’il ne s’arrête Cañizares, Cela a fini par l’empêcher de signer une carte historique après avoir réalisé 10 birdies et un eagle, avec un seul bogey dans la journée, le deuxième qu’il a engagé dans tout ce que nous avons été dans le tournoi. A moins d’une véritable catastrophe, il lèvera demain son deuxième trophée sur le circuit, puisqu’il compte huit coups d’avance sur le deuxième classé.

Un triomphe pour lequel il peut difficilement lutter Alexandre malgré avoir joué ce samedi à Pays Bas un golf de plusieurs carats. Surmonter le champion à chaque erreur. Répondre avec des birdies et plus de birdies à chaque bogey. Deux coups spectaculaires qu’il a frappés depuis le bunker du fairway, sur les trous 15 et 16. Ils sont tout simplement magistraux. Jusqu’à pouvoir atteindre le dernier tee de la journée à égalité en deuxième position du classement, avec le jeune Danois Marcus Helligkilde (-15), comme le meilleur des « mortels ».

Mais même pas sa triple erreur sur 18, en envoyant d’abord la balle loin à gauche dans un bunker, puis dans l’eau dans sa tentative de faire de nombreux mètres vers le fairway, puis vers le bunker vert, a brouillé une série extraordinaire de 67 coups. , avec pas moins de 10 birdies et une impressionnante série de six d’affilée entre 12 et 17, avec des récupérations absolument époustouflantes sur le sable. Il a même fini par sauver un très bon bogey au 18e trou du bunker.

Avec la lutte pour le trophée impossible sauf miracle, le but de Cañizares Demain il s’agira de se battre pour une deuxième place avec laquelle il ferait un pas définitif pour sécuriser la carte du tournée européenne et améliorer sa catégorie par rapport à l’année dernière. Matthias Smchmid (-14) et Richard Mansell (-14) sera, en plus de Helligkilde et à côté d’un toujours dangereux Thomas Détry (-13), ses principaux rivaux pour le vice-champion d’une Open des Pays-Bas qui fait du passe-temps.

Cuartero Blanco et Tarrio, loin de la tête

Les deux autres Espagnols qui ont réussi à surmonter la coupure, Emilio Cuartero Blanco (-4) et Santiago Tarrio (-2), ils n’ont pas réussi à profiter de cette « journée de déménagement » en Pays Bas et ils sont au milieu du classement du tournoi, à partir de la 50e place. Demain, ils auront une nouvelle opportunité de grimper des positions pour prendre plus de butin du tournoi et améliorer leur situation dans le Course à Dubaï.

Consultez les résultats en direct ici

Share