Simone Biles dit qu’elle a « toujours peur de faire de la gymnastique »

Après les Jeux olympiques d’été de 2020, Simone biles essaie toujours de trouver son équilibre.

L’athlète de 24 ans, l’un des gymnastes les plus décorés de tous les temps, devait être la vedette des jeux d’été retardés à Tokyo. Mais après avoir lutté avec « les twisties » – un phénomène dans lequel une gymnaste se perd dans les airs – elle s’est retirée de plusieurs compétitions, remportant finalement le bronze dans la finale de la poutre et l’argent dans l’équipe artistique féminine du concours général, dont elle s’est retirée après avoir concouru au saut. Bien qu’elle n’ait pas participé à de nombreux événements très attendus, Biles est restée le sujet de conversation, devenant un symbole de sensibilisation à la santé mentale alors qu’elle donnait la priorité à son bien-être par rapport à la compétition.

Assis avec Today’s Hoda kotb le jeudi 21 octobre, Biles a confirmé qu’elle allait « beaucoup mieux » maintenant et qu’elle recevait la thérapie dont elle avait besoin. Pourtant, l’olympien – l’un des nombreux gymnastes qui ont subi des abus de la part de l’ancien médecin américain de gymnastique désormais emprisonné Larry Nassar— N’a pas oublié le poids immense qu’elle portait avant que tout ne se déroule aux Jeux olympiques.

« Au fil des ans, après avoir supprimé tant d’émotions et mis en avant la scène mondiale, je pense vraiment que tout cela s’est révélé », a-t-elle déclaré à Kotb. « Mon corps et mon esprit m’ont permis de supprimer tout cela pendant tant d’années, aussi longtemps que cela pouvait prendre, et dès que nous sommes entrés sur la scène olympique, il a simplement décidé qu’il ne pouvait plus le faire et il a craqué et c’est ce qui se passe et c’est pourquoi il est si important de prendre soin de votre bien-être mental et de votre santé mentale pour que quelque chose comme ça ne se produise pas. »

Share