Accueil Sport Álvaro Fidalgo: “L’objectif minimum du Sporting est toujours le play off”

Álvaro Fidalgo: “L’objectif minimum du Sporting est toujours le play off”

“C’est un match très spécial, comme toujours quand je les affronte”, explique l’habile attaquant de la capitale de la région de Plana Alta. Comme lors du premier tour, à Gijón (1-0 pour les locaux, avec un but de Djurdjevic). “C’était très excitant, c’était la première fois que je jouais à El Molinón, réalisant un rêve que j’avais depuis longtemps”Souvenez-vous maintenant sans perdre de vue votre objectif: gagner dimanche.

“Nous nous battons pour des objectifs très différents, mais les deux équipes ont besoin des trois points, donc ce sera un grand match”, remarque Fidalgo, qui est clair sur le but auquel l’équipe rojiblanco doit aspirer. “L’objectif minimum auquel il doit aspirer chaque année est le play-off et essayer de promouvoir”, met l’accent sur la verticale offensive.

D’autant plus dans une saison comme la saison actuelle, dans laquelle il n’a pas abandonné les postes de promotion pendant tout le premier tour. “Ils ont une super équipe, ils font bien les choses”, explique Fidalgo, qui suit le Sporting de Castellón, “Je leur souhaite le meilleur, j’espère qu’ils atteindront leur objectif, mais ce week-end, je dois m’occuper de mon équipe et de mes intérêts”, Explique. L’équipe de Gallego apprécie particulièrement le fait qu ‘«ils ont un bon jeu intérieur, ils parviennent à très bien combiner et à se rendre facilement dans la zone» et, surtout, la clé du succès jusqu’à présent: Uros Djudjevic. “Ils ont un attaquant qui échoue peu et derrière ils ont de grands passeurs qui offrent ces chances”, analyse-t-il, ajoutant que “cette année, ils ont aussi cette régularité en défense, concédant peu de buts”. Ainsi, résume-t-il, «ajouter les deux choses vous fait aspirer à tout».

Fidalgo, qui est également passé par la carrière du Real Madrid, a rejoint l’équipe Albinegro cet été, signant pour trois ans. C’est venu pour le Sporting, bien qu’il suppose que “Cette année, il n’y avait aucune possibilité réelle, même si il y a deux ans c’était plus proche”. Dommage, car il aurait coïncidé en équipe première avec certains joueurs qu’il connaît bien sur Mareo et les différentes équipes, comme Nacho Méndez, Manu García ou Gragera. “Cette semaine, je ne leur ai pas parlé, mais nous pouvons écrire ces jours-ci et, sinon, nous nous reverrons dimanche”, explique-t-il.

Bien qu’il n’exclut pas sa future arrivée au Sporting, pour jouer à El Molinón à domicile, il précise que “En ce moment je suis ici, je suis heureux et je veux atteindre l’objectif, que Castellón grandisse et que je grandisse en tant que footballeur, donc je ne pense à rien d’autre ».

En plus de son passé sportif, ce match sera spécial pour Fidalgo en raison de ses amis et de sa famille. “J’ai parlé à mon grand-père, je lui parle toujours beaucoup de football, mais on sait que, dans cette catégorie, le match le plus important de la saison est toujours le plus proche, peu importe qui il est », conclut-il.

Le sujet est différent avec ses amis. “Ils ont fait beaucoup de blagues et de commentaires sur moi”, avoue Fidalgo en riant, “mais ils veulent toujours le meilleur pour moi.” Ainsi, il précise que «ceux qui viennent d’Oviedo voudront que je gagne, et Ceux qui sont du sport peuvent-ils gagner, mais peuvent-ils marquer un but». Une formule que “malheureusement, je ne peux pas signer, car nous ne pouvons que gagner et obtenir un bon résultat”. Et il anticipe que “si je marque, je déciderai sur le moment si je le célèbre ou non, car j’ai beaucoup d’affection pour les années que j’ai passées à Gijón et au club”.

Justement, son groupe d’amis a créé cette campagne un club à son nom à Pola de Siero. “Je n’avais jamais imaginé en avoir un, et moins de mes amis, car il n’avait jamais été parlé», Concède-t-il,« mais cette année, avec le passage au football professionnel, ils ont décidé et ils l’ont fait ». Ainsi, il demande seulement que la situation épidémiologique s’améliore «pour qu’ils puissent voyager et venir me voir à un match, ce qui leur plaît le plus».

Après le changement d’entraîneur à Castellón, Fidalgo assure que “Nous affrontons ce second tour avec un maximum d’optimisme, nous ne sommes absolument pas morts”, juste un point du salut. “Nous savons à quoi ressemble cette catégorie, que vous gagnez deux matchs et que vous êtes hors de relégation ou que des équipes qui n’ont jamais été reléguées font une mauvaise course et tombent”, analyse-t-il. Pour cette raison, sa tactique, comme celle de Gallego au Sporting, est “d’aller match par match, donc nous sommes sûrs d’atteindre l’objectif”. Bien qu’il avoue ne pas encore s’être entretenu individuellement avec Garrido, il précise que “nous sommes très clairs sur ce qu’il veut de chacun et nous le faisons”.