Accueil Sport Atlético, contre Chelsea et l’adversité en exil à Bucarest

Atlético, contre Chelsea et l’adversité en exil à Bucarest

Déjà le rival en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, Chelsea, est exigeante pour l’Atlético de Madrid, qui va s’affronter ce mardi contre lui et les circonstances à Bucarest, loin de leur territoire, diminuée de pertes, doutée par les résultats et confrontée à l’adversité.

S’il y a un moment qui Je n’aurais probablement pas choisi l’équipe rojiblanco para ponerse delante de nuevo de su anhelo más fuerte, la ‘Champions’, sería éste, sobre todo porque lo dirige a jugar fuera de su fortaleza del Wanda Metropolitano, donde perdió con el Levante el sábado, sí, pero donde acumulaba 447 días invicto jusque là.

La pandémie et les restrictions qui en découlent à l’arrivée de citoyens du Royaume-Uni en Espagne pour contenir la propagation de la souche britannique de Covid-19, prolongée jusqu’au 2 mars, les privent de leur refuge, votre endroit le plus confortable, où il a battu Liverpool (1-0), l’an dernier, ou la Juventus (2-0), il y a deux ans, dans ses deux précédents dans ce même tour.

C’est un inconvénient, car là ils n’ont perdu que dans six de leurs 91 matches officiels, Cependant, Chelsea a été l’un des gagnants dans ce domaine (1-2 en 2017-18, lors du premier match de Ligue des champions à ce lieu), parce qu’il a marqué 157 buts, parce qu’il a terminé invaincu en 55 matchs et surtout parce que le match se jouera à Stamford Bridge, le terrain de l’équipe . ‘bleu’.

Le match aller se déroule au stade national de Bucarest, qui, peu importe le nombre de bons souvenirs qu’il génère à l’Atlético, car il y a réussi le premier des sept titres de l’ère Diego Simeone, la Ligue Europa 2011-12 avec un formidable Radamel Falcao face à l’Athletic Club (3-0), et peu importe à quel point la place se joue sans public, il n’en est pas de même pour le rojiblanco que pour le Wanda Metropolitano.

Ni à cause du voyage, les trois heures et demie l’équipe rojiblanco couverte dimanche, à peine 24 heures après la fin de sa défaite face à Levante (0-2), ce qui ajoute aux doutes sportifs qui entourent désormais l’Atlético, qui n’est plus si incontestable ou si écrasant ou, surtout, si puissant dans des domaines comme démontré jusqu’à il y a quelques semaines à peine.

Pas dans le sien – il a concédé douze buts en dix matchs en 2021, dont il n’a gardé une feuille blanche qu’en un, et a concédé le but de l’adversaire en premier dans cinq des six matchs les plus récents-; ni au contraire, avec un seul but lors de ses 42 derniers tirs au but dans le double duel joué contre Levante et avec trois matchs consécutifs sans marquer de Luis Suárez, son buteur.

Ces données décrivent votre moment actuel. Aussi les victimes. Il en a eu six samedi dernier contre Levante et en aura cinq ce mardi contre Chelsea à Bucarest qui limitent les possibilités de Simeone, notamment du côté droit, où ni Kieran Trippier, sanctionné, ni Sime Vrsaljko, avec malaise, ni l’alternative aux deux, Yannick Carrasco , blessée.

Et ils ont une influence majeure sur l’Atlético, notamment parce que Simeone y a relocalisé Marcos Llorente, une ressource incontestable partout sur le terrain, également dans la voie de droite, mais sans toute la splendeur de l’arrivée, le débordement, les buts – neuf déjà cette saison -, les passes décisives – huit – et la proéminence qu’il a au dessus; à l’intérieur à droite, à la fin ou à l’avant.

Dans ce panorama (Héctor Herrera, pour le cinquième duel suivi de Covid-19, et José María Giménez, blessés sont également blessés), Llorente revient sur le côté dans le schéma de Simeone, qui comprend Jan Oblak, Stefan Savic, Felipe Monteiro, Mario Hermoso, Saúl Ñíguez, Koke Resurrección, Geoffrey Kondogbia, Thomas Lemar, Joao Félix et Luis Suárez, soit dans un 5-3 -2 ou dans un 4-4-2.

Devant, le changement Lampard-Tuchel ça s’est bien passé à Chelsea, qui ne connaît pas la défaite sous le commandement de l’Allemand. L’équipe est passée de la neuvième à se battre sérieusement pour les positions de la Ligue des champions et dans les sept matchs où Tuchel a été sur le banc, Chelsea en a remporté cinq et fait match nul.

Le changement de tirage au sort, de 4-3-3 à 5-2-1-2, a donné une solidité défensive à une équipe qui n’a concédé que deux buts dans cette nouvelle étape, mais qui, oui, manque de but. “Nous n’avons pas marqué tous les buts que nous devrions pour les opportunités que nous avons eues“Assura Azpilicueta.

Et c’est que le chiffre «9» est celui qui crée le plus de doutes pour Tuchel, qui a tout essayé. Tammy Abraham, l’attaquant le plus prolifique de la saison, et Olivier Giroud Ils sont entrés sur le terrain d’essai de Chelsea. Même l’entraîneur allemand a envisagé l’option de Timo Werner jouer au sommet, mais l’ancien joueur de Leipzig est plus à l’aise couché à gauche et de là, il a brisé sa sécheresse marquante contre Newcastle il y a deux jours.

L’Allemand fait partie intégrante des schémas de Tuchel et c’est que ce Chelsea du futur doit l’orbiter. Compte tenu de son état de forme, la chose normale est qu’il est accompagné d’Abraham ci-dessus et Mason Mount de l’autre côté, même si Tuchel a de la qualité à revendre avec Kai Havertz, encore inexploité, Christian Pulisic, toujours physiquement touché, et Hakim Ziyech, qui ne s’installe pas tout à fait, mais qui sait ce que c’est de très bien faire. Champions.

Le double pivot sera intouchable et N’golo Kanté et Mateo Kovacic Ils mèneront l’équipe à partir de là, tandis que la ligne de trois centres sera composée d’Azpilicueta, Antonio Rudiger et Kurt Zouma, ces deux derniers étant les points les plus faciles à attaquer pour l’Atlético.

Tuchel aura des doutes sur les côtés, entre choisir l’expérience de Marcos Alonso et sa polyvalence en attaque ou en défense des 50 millions de Ben Chilwell. Dans la droite ce sera plus clair avec Reece James et dans le but il y aura Edouard Mendy, le numéro un de Tuchel.

– Alignements probables:

Athlète de Madrid: Oblak; Llorente, Savic, Felipe, Hermoso, Saúl; Koke, Kondogbia, Lemar; Joao Félix et Luis Suárez.

Chelsea: Mendy; Alonso, Rudiger, Zouma, Azpilicueta, James; Kovacic, Kanté; Werner, Mount et Abraham.

Arbitre: Felix Brych (Allemagne).

Stade: National de Bucarest.

Temps: 21.00.