Accueil Sport Bahreïn répète le Grand Prix sans Hamilton ni Grosjean

Bahreïn répète le Grand Prix sans Hamilton ni Grosjean

Dimanche, Lewis Hamilton (Mercedes) a de nouveau gagné et Romain Grosjean (Haas) est né de nouveau. Et aucun d’entre eux ne participera ce week-end au Grand Prix de Sakhir, une répétition, avec la piste réduite, de Bahreïn: les Anglais, pour son positif en COVID-19; et la Gaule, étant se remet encore des blessures de l’accident effrayant dans lequel il a miraculeusement sauvé sa vie.

Hamilton, qui après avoir porté le record de la pole à 98, a également porté son propre record de victoires à 95, sera remplacé par son compatriote George Russell, de Williams, qui sera remplacé dans l’équipe Grove par un autre Anglais, Jack Aitken. Et le Haas de Grosjean sera rejoint par un autre rookie: le Brésilien Pietro Fittipaldi. Petit-fils d’Emerson, le pilote légendaire de São Paulo qui à son époque – et avant de perdre cette condition – L’Espagnol Fernando Alonso est devenu le plus jeune champion du monde de l’histoire: comme lui (1972 et 74) vainqueur de deux Coupes du monde (2005 et 2006).

La star anglaise dominé en douceur une course qui a commencé avec une frayeur géante, en voyant la voiture de Grosjean engloutie dans les flammes, peu après le départ; et avec l’idée, en ne montrant pas la retransmission télévisée de l’accident, que l’issue pourrait être la pire possible.

Lorsque peu de temps après le Français a été vu conscient et à l’intérieur de la voiture médicale, le calme est revenu. Mais, tout en sachant qu’il allait bien, le visionnement de l’accident – qui a fait le tour du monde et transcendé la chronique sportive -, en plus d’être angoissant, a confirmé que Grosjean avait sauvé la vie d’un miracle. Le halo a empêché sa décapitation, lorsque la voiture s’est écrasée contre la barrière de protection; et avec la voiture fendue en deux, le Français a mis 27 secondes pour sortir du cockpit, englouti par les flammes.

Heureusement, tout était un cauchemar éphémère. Romain, admis dans un hôpital militaire de Manama, la capitale du royaume arabe, n’a subi aucune blessure grave. Mais il a des brûlures aux mains, ce qui le laissera hors de la prochaine course et peut-être aussi de la dernière de l’année, la semaine prochaine et à Abu Dhabi.

Si tel était le cas, Grosjean – déjà démobilisé et qui veut visiblement courir – dont on savait déjà que, comme son collègue danois Kevin Magnussen, il ne continuerait pas en 2021 en F1, Il aurait clôturé sa carrière de cette manière particulière dans la catégorie reine.

Un jour seulement après avoir annoncé, mardi, que le russe Nikita Mazepin serait le pilote officiel l’année prochaine, Haas a publié la nouvelle la plus attendue depuis longtemps: son partenaire sera l’Allemand Mick Schumacher, le fils du “ Kaiser ”, Michael Schumacher. Dont record légendaire de sept couronnes avait égalé (après avoir amélioré la «pole» il y a trois ans; et les victoires, celle-ci) il y a trois dimanches, en Turquie, à Hamilton. Qui a été informé ce jour-là que le coronavirus interrompt, au moins pour le moment, son parcours centenaire.

Hamilton, 35 ans, est remplacé par Russell, 22. Optimisation des ressources sur la pire voiture de la grille. Avec lequel samedi, il a non seulement relevé son solde de qualification interne à 15-0 contre le Canadien Nicholas Latifi, mais aussi a augmenté son record personnel à 36-0, après avoir battu l’an dernier dans tous les «chronos» son collègue d’alors, le Polonais Robert Kubica. À égalité avec le 21-0 (plus grosse différence en un an) avec lequel Alonso a soumis le Belge Stoffel Vandoorne en 2018: le parcours dans lequel Russell a remporté la F2.

Au Championnat du Monde, la deuxième place est toujours en jeu, détenue par l’autre pilote Mercedes, le Finlandais Valtteri Bottas, avec douze points sur le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), deuxième dimanche.

Son partenaire thaïlandais Alexander Albon a terminé troisième du premier essai à Bahreïn, profitant du malheur du Mexicain Sergio Pérez; à qui, quand il a roulé dans cette position, avec trois tours à faire, le moteur a cassé de Racing Point. ‘Checo’, qui, lors d’une conférence de presse télématique, a expliqué lundi qu’il signe pour Red Bull ou prend un congé sabbatique, reviendra pour récupérer la quatrième place que, par deux points, l’Australien Daniel Ricciardo (Renault) lui a arraché. L’Espagnol Carlos Sainz (McLaren) – huitième de la Coupe du monde, avec 85 points, quinze de moins que le Mexicain- il a répété dimanche le retour du jour où il a joué en Turquie, passant à nouveau de la quinzième place sur la grille à la cinquième place finale.

Ce vendredi, les essais libres débuteront à Sakhir, sur un circuit avec une configuration différente de celle habituelle. Réduit à 3543 mètres, dans lesquels sera roulé sur la bague extérieure, sans le deuxième de ses trois secteurs; avec 11 courbes: huit à droite et trois à gauche. Cela sera répété 87 fois lors de la course de dimanche, pour compléter un parcours de 308,2 kilomètres.

Cela, après les qualifications de samedi, n’est pas facile – car c’est un tour très court et rapide -, et cela aura lieu des heures après le dernier essai gratuit. Sur une piste où aussi les composés de pneus usagés seront répétés le week-end dernier: la C2 (dure, reconnaissable à la bande blanche), la C3 (moyenne, bande jaune) et la C4 (douce, rouge).

Malgré la signature d’un autre brillant retour, Sainz n’était pas entièrement heureux avec la cinquième place dimanche, car il aurait pu opter pour la quatrième, celle de son coéquipier anglais Lando Norris. Septième du championnat du monde, avec un point de plus que le talentueux pilote madrilène.

Dans une autre belle saison, Norris et Sainz ont élevé McLaren à la troisième place du championnat du monde des constructeurs – avec 171 points, 17 de plus que Racing Point. Le plus haut auquel on peut aspirer, après que Mercedes ait certifié mathématiquement, il y a plus d’un mois, son septième titre suivi des équipes: un classement dans lequel, quoi qu’il arrive, Red Bull terminera à la deuxième place.