Accueil Sport Blessures au Real Madrid: la pire angoisse pour Zidane | des...

Blessures au Real Madrid: la pire angoisse pour Zidane | des sports

Benzema, dimanche dernier contre Valence à Valdebebas.Benzema, dimanche dernier contre Valence à Valdebebas..7 via Europa Press / Europa Press

Blessé Sergio Ramos, il n’y avait pratiquement pas de pire nouvelle pour Zinedine Zidane que la chute de Benzema également. A ses yeux, le seul attaquant possible de l’équipe actuelle. L’entraîneur français se rend à Valladolid ce samedi (21h00, Movistar LaLiga), sans marge d’erreur au championnat, avec l’absence de son attaquant fétén et l’angoisse de ne pas savoir s’il peut compter sur lui à Bergame mercredi prochain dans le premier jambe de la huitième des Champions contre Atalanta. Le joueur, qui ne s’est pas entraîné ce vendredi, souffre d’une certaine gêne au niveau du ravisseur de sa jambe gauche et attend de nouveaux tests.

La nouvelle aggrave encore le saignement des victimes médicales du Real Madrid. Il s’agit de la 39e blessure cette saison, un chiffre nettement supérieur à celui d’un Barcelone puni (25), et bien supérieur à celui de l’Atlético (16 avec le dernier de Carrasco). Au moment décisif du parcours, l’équipe suspendue à un fil, s’accrochant à nouveau à l’espoir européen presque comme le dernier flotteur, il y a neuf joueurs qui remplissent l’infirmerie, et plusieurs d’entre eux du groupe des non-négociables de Zidane: Carvajal, Valverde, Militão, Rodrygo, Odriozola, Hazard, Marcelo, Ramos et maintenant Benzema. Hormis la question du Français, il semble peu probable que l’un des autres puisse être en pleine forme dans le duel continental.

Benzema a 17 buts cette saison, sept de plus que le reste de l’attaquant ensemble

Outre l’accumulation de malheurs physiques, la perte de Benzema déjà à Zorrilla ouvre un trou irréparable dans l’attaque blanche. Compte tenu de ZZ, de la production de l’avant et de la garde-robe, la blessure est très grave. L’attaquant français a marqué 17 buts cette saison, sept de plus que le reste de la tête ensemble: Hazard et Vinicius en ont trois; Asensio, deux; et Rodrygo et Mariano, un. Jovic est revenu en prêt à Eintracht avec le compte à zéro. Et dans l’arène mondiale, entre Benzema et le deuxième meilleur buteur (Casemiro avec cinq), un désert.

L’appel forcé de Mariano

Son absence à ce moment délicat plonge dans le principal problème de Madrid depuis le départ de Ronaldo. Le Portugais exilé, le seul attaquant capable de maintenir régulièrement le fort debout devant le but rival a été Benzema, au plus haut de sa carrière ces trois années. Derrière lui, un trou seulement atténué la saison dernière par l’effort coopératif de tous pour ajouter petit à petit (22 buteurs différents; 15 dans celui-ci) et, surtout, par une efficacité défensive qui cette saison a été partiellement floue (la moyenne des buts concédé est passé en Liga de 0,65 à 0,82).

Dans l’esprit de Zidane, il n’y a qu’un seul attaquant possible. Les autres alternatives ont toujours été des correctifs forcés. Cette campagne est la troisième en nombre de minutes (2 386, après Courtois et Varane) et la précédente, la deuxième (3 981, après Casemiro). Alors que le Français a été en bonne santé, il n’a exécuté que cette option. La seule variante dans cette situation est lorsqu’il a été accompagné par d’autres, comme avec Jovic au début de ce parcours lors de deux matches consécutifs (Villamarín et Valladolid), une décision qui était surprenante en raison de l’insolite et qui n’avait pas de continuité.

Le remplaçant naturel du Français est Mariano, qui a appris le départ à plusieurs reprises et n’a pris que deux buts en un an et demi.

Le Serbe est déjà retourné en Bundesliga pour tenter de relancer une trajectoire en chute libre, donc la seule alternative en équipe première sans changer de joueur est Mariano. Les 21 buts qu’il a marqués en une saison à Lyon et la peur de triompher à Séville, qui s’était intéressé à lui, ont poussé Madrid en 2018 à payer 21,5 millions pour récupérer l’hispanique dominicain et lui délivrer le numéro sept qu’il avait. vient de quitter le portugais. Cependant, sa dévaluation était presque automatique. En trois saisons, il compte à peine huit départs, 1 205 minutes et six buts (deux en un an et demi).

11 joueurs de champ de la première équipe

Le club et Zidane lui ont montré le départ à plusieurs reprises, mais l’attaquant a refusé de partir à tout prix. Maintenant, la blessure de Benzema lui ouvre une brèche. Il l’avait déjà en novembre dernier en raison d’une autre perte des Français. Puis il a débuté à San Siro contre l’Inter, à Villarreal et à domicile contre Alavés. Cette série de trois matchs consécutifs en onze, sa meilleure séquence depuis son retour, il les a résolus avec un but à La Cerámica à la première occasion qu’il a saisie, et un peu plus que de s’inscrire au compte de mérite. Au-delà de sa capacité de finition au premier contact, le football de Mariano offre peu de ressources, un catalogue qui pâlit face à la diversité du Français. Dans la liste de Zorrilla, l’équipe de cinq jeunes comprend également l’attaquant Hugo Duro, auteur de huit buts pour Castilla.

Sans Ramos – dont l’absence en Europe se traduit presque toujours par un désastre -, Carvajal, Hazard et Benzema, Zidane a toujours certains de ses footballeurs inaliénables: Varane, Asensio et la ligne centrale Casemiro-Kroos-Modric. Cependant, s’il maintient la ligne de continuité dans les alignements, quand il regarde le banc, il ne trouvera qu’Isco comme le seul joueur extérieur de la première équipe, un autre nom incapable à ce jour d’arrêter son effondrement. Un fait qui aggrave la pénurie de l’équipe blanche dans une situation très critique: elle ne compte que 11 joueurs de champ de l’équipe première plus les trois gardiens de but. Outre Hugo Duro, à Valladolid, il y aura également les joueurs locaux Chust (à partir d’Alcoy), Miguel, Arribas (il est sorti contre Levante et Valence devant Isco) et Blanco.