Accueil Sport Championnats d’Espagne d’athlétisme: les femmes dominent la piste intérieure de Gallur ...

Championnats d’Espagne d’athlétisme: les femmes dominent la piste intérieure de Gallur des sports

Ana Peleteiro, dans l'un de ses sauts.Ana Peleteiro, dans l’un de ses sauts Kiko Huesca / .

Tandis que les meilleurs hommes, ceux du milieu de terrain, aiguisent leurs couteaux samedi en demi-finale de 800m et de 1500m en vue des trois finales qui dimanche seront des duels que l’on peut voir sur Teledeporte (Jesús Gómez-Ignacio Fontes dans le milqui, 13h30; Mohamed Katir-Adel Mechaal, à 3.000, 15.15; Mariano García-Álvaro de Arriba, à 800, 16.10), lorsqu’il a quitté le pavillon Gallur, les rares personnes qui avaient pu voir sur place le deuxième journée des nationaux d’athlétisme en salle – entraîneurs, techniciens, fédération, journalistes – ne parlaient que des femmes, comme vendredi les stars du jour. Ils ont parlé avec colère de la disqualification de Teresa Errandonea pour un faux départ en demi-finale du 60 m haies; avec perplexité sur le cas de Sophia Isadora Molina, la Mexicaine de Moratalaz; avec la fascination de Daniela García, la perle du juste milieu espagnol, et ses 19 ans; avec soulagement du retour de la reine, Ana Peleteiro.

Le seuil de zéro départ – répondre au tir en moins de 0,100 seconde – a été fixé il y a plus de 50 ans par les fabricants d’un chronomètre pour les Jeux de Munich. C’est une mesure arbitraire et, selon de nombreuses études, fausse: il y a des athlètes qui réagissent plus vite. Errandonea, la meilleure haie espagnole, a été mesurée à 0,94s et bien que les meilleures répétitions au ralenti aient montré que le Gipuzkoan n’avait dépassé aucun de ses rivaux, les stewards n’ont écouté que ce que l’ordinateur leur a dit et l’ont disqualifiée en larmes et dans le doute. “C’est une insécurité totale”, déclare son entraîneur, Ramón Cid. “Mercredi, au rallye de Madrid, qu’est-ce que je vous dis, prendre plus de temps pour sortir?”

Sophia Molina a remporté le saut en hauteur, mais n’est pas montée sur le podium. Bien qu’elle ait vécu à Madrid depuis l’âge de deux ans et a passé toute sa vie à AA Moratalaz, Molina, née au Mexique d’une mère espagnole, n’a pas encore obtenu la nationalité espagnole pour laquelle elle demande depuis qu’elle est enfant. . Il a concouru hors compétition et a gagné.

Daniela García, de Calvià, Majorque, est entrée en piste pour disputer la première demi-finale du 800m et dès qu’elle a commencé à courir, c’était comme si le temps s’était arrêté à Gallur, soumis à un enchantement. Et les gens, fascinés, n’étaient pas coupés de leurs commentaires louables. C’est Natalia Rodríguez, sa fluidité, sa cheville, son élégance, disait-on. De plus, dit un autre, c’est Sebastian Coe lui-même, il va effacer tous ceux qui l’ont précédé, le joyau de la couronne. Et le majorquin, qui s’entraîne à Madrid avec Antonio Serrano et étudie à l’université, a fait quatre tours en un souffle. Elle est favorite pour la finale d’aujourd’hui (16.09) et espère les Européens de Torun.

Quand Ana Peleteiro a atteint 14,21 m lors de sa première tentative de remporter la triple finale (et qu’elle n’avait pas touché cette distance depuis un an et demi à cause de la pandémie et des blessures), et la façon dont elle l’a fait Cela a donné l’impression que la magie de Daniela García était resté sur la piste, rapide, fluide, tout un continuum de vitesse et de battement. Il n’a pas besoin de plus pour prouver qu’il était de retour et qu’il faudra compter sur son ambition et sa compétitivité à Torun, où il défendra le titre européen remporté il y a deux ans à Glasgow. “Je suis un artiste”, résume l’athlète galicien.