Accueil Sport Djokovic apprivoise Medvedev et remporte son neuvième Open d’Australie

Djokovic apprivoise Medvedev et remporte son neuvième Open d’Australie

Novak Djokovic Il bat Daniil Medvedev (7-5, 6-2 et 6-2) en finale de l’Open d’Australie et remporte ainsi son dix-huitième Grand Chelem, le neuvième à Melbourne. Le numéro un maintient sa longue idylle avec Melbourne et a laissé le joueur de tennis russe complètement désarmé lors de sa deuxième finale du Grand Chelem. La vieille garde continue de commander et le pouls d’être le meilleur de l’histoire est plus vivant que jamais.

La finale entre Daniil Medvedev Oui Novak Djokovic dans le open d’Australie Cela a été posé comme un défi au statu quo dans le tennis par la Next-Gen, à la suite des déclarations de Stefanos Tsitsipas. Djokovic a pris la parole et a assuré qu’ils ne manquaient pas de qualité, mais qu’ils “avaient encore beaucoup de travail à faire”. Novak a ainsi atteint sa neuvième finale à Melbourne, prêt à défendre la vieille garde et, surtout, à se rapprocher de Roger Federer Oui Rafael Nadal -les deux avec 20 tournois du Grand Chelem-.

Devant il avait Daniil Medveded, son bourreau dans trois des quatre dernières fois, ils s’étaient affrontés et il entrait dans sa deuxième finale du Grand Chelem. Un “aspirant” – comme il se définissait lui-même – qui a mis douze minutes pour entrer dans le match, temps où Djokovic avait mené 3-0, mais a été immédiatement neutralisé. De là, chacun a été confié à son service, abandonnant à peine des points au reste, jusqu’à atteindre le onzième match par match nul.

Là, Djokovic est allé un peu plus loin et a assuré le bris d’égalité avec un match vierge. Il a passé la patate chaude à Medvedev, qui a été vu avec un 0-40 vertigineux. Ou qu’est-ce que c’est pareil, trois balles contre, il a relancé deux -un avec un service à 214 km / h-, mais ensuite sa droite s’est accrochée au filet et la manche est tombée pour Nole (7-5) après 42 minutes jouer.

La “ vieille garde ” frappe en premier

Je ne vais pas rester ici et me rendre. Je vais leur faire bouger le cul », avait dit Novak Djokovic par rapport aux membres de la Next Gen pour le changement générationnel qu’ils recherchent. À peine dit que c’était fait. Le Serbe a forcé Medvedev à déménager… mais ce n’était pas suffisant. Le Russe a entamé la deuxième manche par une première pause, une déclaration d’intention qui est restée lettre morte, car les quatre matchs suivants sont tombés du côté de Djokovic, qui à 4-1 avait déjà fait ses devoirs.

Djokovic a gardé son service après un deux au désespoir de Medvedev – Il a payé avec sa raquette – et a refermé sa manche après une nouvelle pause. Après une heure et 17 minutes de jeu, le joueur de tennis de Belgrade envoyait déjà deux sets à zéro lors de la finale de Melbourne. Un seul ensemble le séparait de sa neuvième couronne australienne. Dans l’air la question: «Quelle serait la réaction de Medvedev? ». Au cours de sa carrière, il n’a jamais levé deux sets, mais dans l’esprit de beaucoup, il a suivi cette finale de l’US Open contre Rafa Nadal alors que dans une situation similaire, il a emmené le duel au cinquième set.

Djokovic apprivoise la “ bête ”

Imbattable depuis octobre dernier et le bourreau serbe lors de trois de ses dix dernières défaites, n’importe qui a laissé Medvedev pour mort. Plus encore quand Djokovic a commis deux doubles fautes au début du troisième set et a été vu avec deux balles de break contre. Mais le Serbe confié à son service a réagi et cela a également aidé le Russe à sortir de son scénario. Donc, ce qui aurait pu être une pause en faveur est devenu une pause contre lors de son premier tour de service.

Avec un vent favorable, M. Melbourne n’a pas échoué. Intractible à chaque finale sur laquelle il avait marché en Australie, il n’allait pas être moins à son neuvième combat pour le titre. Il a continué à être décisif avec son service, il a tenu tête au public dans les tribunes avec une bonne colonie de Serbes soutenant le numéro un et après moins de deux heures de match il a jeté la cravate à son dix-huitième Grand Chelem, à moitié sur l’Australien. sol.