Accueil Sport Football “Je suis convaincu qu’il est possible de revenir en arrière”

“Je suis convaincu qu’il est possible de revenir en arrière”

Jan Oblak, gardien de but Athlète de Madrid, est revenu pour rentrer un peu dans le match contre Chelsea et, après la réunion, il a donné son visage aux médias. Il l’a fait dans Movistar.

La défaite

«Pas de bâton, c’est le football et il faut gagner, perdre ou faire match nul. C’est un match, il y en a un autre, il faut relever la tête, on a des matchs en Ligue avant le retour, il faut se préparer, être fort, s’améliorer et match par match, quand il faut revenir de la Ligue des champions. Je suis convaincu que c’est possible ».

Un autre but encaissé

«Tout le monde voit que ces derniers temps, tout est contre nous. C’est un moment où nous passons un mauvais moment, je suis sûr que dimanche va changer, il faut penser positivement, la saison est longue. Des moments importants arrivent et il est temps de montrer que nous sommes un groupe fort et que nous allons être unis, c’est seulement avec cette mentalité que nous avancerons ».

L’approche

«Le plan est toujours de bien défendre, quelle que soit la formation. Il est toujours important de bien défendre. Nous voulions marquer, nous n’avions pas beaucoup d’occasions mais avec la dernière passe, nous aurions été plus calmes … Nous n’avons pas joué un très mauvais match, c’était normal, et nous ne devrions blâmer personne, nous avons fait notre mieux, en j’ai vu une équipe avec une tête haute dans le vestiaire, tout le monde est convaincu qu’on va s’améliorer, bien jouer en championnat et puis on a des options pour revenir sur le match retour ».

Y a-t-il une crise?

«Je ne pense pas que ce soit une crise, c’est un moment différent de ce que nous avons vécu cette saison, mais c’est normal. Les buts n’entrent pas, ils nous marquent comme chiliens, l’autre jour avec deux rebonds … Dans des situations difficiles vous voyez l’équipe, et nous avons un groupe très fort, nous allons laisser ces deux ou trois résultats pas si positifs . La saison est longue. Nous n’étions pas parfaits en décembre, ni mauvais maintenant, nous allons faire avancer les choses ».