Accueil Sport Football Plus de 6500 morts depuis le début des travaux pour la Coupe...

Plus de 6500 morts depuis le début des travaux pour la Coupe du monde au Qatar

Le Guardian rapporte mardi que plus de 6500 travailleurs migrants ont perdu la vie au Qatar depuis 2010, lorsque le pays a été désigné comme le lieu de la Coupe du monde 2022 et a lancé la construction de grandes infrastructures et de stades en vue de la date.

Le journal britannique assure que les conditions de travail ne sont pas adéquates et que, par conséquent, beaucoup ont laissé leur vie dans les constructions pour la Coupe du monde.

Des migrants du Népal, du Sri Lanka, d’Inde, du Pakistan et du Bangladesh se rendent dans l’émirat pour travailler à la construction de stades pour accueillir les matches, mais aussi d’hôtels, d’aéroports ou de lignes de transport.

Le bilan scandaleux des morts rapporté par The Guardian a été obtenu grâce aux archives réalisées par ces cinq pays. Cela n’inclut pas les derniers mois de 2020 et jusqu’à présent en 2021, ainsi que les travailleurs d’autres nationalités, telles que les Kenyans ou les Philippins, de sorte que le nombre de morts pourrait être encore plus élevé.

Les auteurs précisent qu’il est impossible de savoir combien de ces accidents du travail se sont produits dans des travaux mis en route par l’organisation elle-même, qui ne reconnaît que 37 décès, dont 34 “ne seraient pas liés au travail”, un chiffre que les experts ne considèrent-ils pas que c’est vrai.

“Il est probable que de nombreux travailleurs soient morts sur ces projets d’infrastructure pour la Coupe du monde”, a déclaré Nick McGeehan, directeur de FairSquare Projects, au Guardian.

Apparemment, la plupart sont classés comme «décès naturels», causés par une insuffisance cardiaque ou respiratoire, et sans autopsie du corps, bien qu’il y ait également eu des suicides ou des décès dus à des accidents de la route. L’une des causes d’une partie des décès serait les températures élevées dans le pays.

Déclaration du gouvernement qatari

Le Gouvernement du Qatar s’est soustrait aux informations du Guardian dans un communiqué dans lequel il assure que le nombre de décès << est proportionnel à la taille de la main-d'œuvre migrante >> et que les chiffres incluent les travailleurs qui meurent de causes naturelles après avoir vécu de nombreuses ans dans l’émirat.