Accueil Sport La fidélité l’emporte déjà

La fidélité l’emporte déjà

Pana et Gonzalo célèbrent le premier but de Langreo contre Cultural Leonesa. | Irma Collin

Juan López met la pression sur Paulo Vitor. | JM Lostau

Xurde tente de contrôler une balle sous la pression de Kawaya. | Irma Collin

Un but solitaire mais formidable de Juan López après une demi-heure de jeu était plus que suffisant pour que Lealtad batte Valladolid B et remporte les trois points. L’équipe de Clemente Sánchez a été fidèle à son football sobre et misant sur le sérieux défensif et l’efficacité en attaque a complètement court-circuité une filiale toujours mal à l’aise et surtout en première période.

Le jeu a commencé avec Valladolid ayant plus de balle grâce à sa meilleure touche, tandis que Lealtad a d’abord cherché le ballon long comme ressource offensive. Dans tous les cas, aucun d’eux n’a créé de danger et assez de minutes se sont écoulées sans que le ballon n’atteigne même les zones. Petit à petit, les visiteurs se sont mis au diapason du ballon, en circulation, bien triangulant et jouant du groupe pour être plus incisif, mais quand même, la première occasion n’est arrivée que près d’une demi-heure et elle serait locale. C’est le produit d’un mauvais dégagement de la défense des visiteurs dont Benito a presque profité, mais le jeu s’est terminé dans le coin sans conséquences.

Lealtad a pris la tête juste après une demi-heure avec un tir formidable et surprenant de loin de Juan López qui s’est glissé directement dans l’équipe de Samu Pérez. De là à la pause, la filiale a suivi à la remorque d’un rival qui avait plus le ballon et le déplaçait mieux et ne perturbait qu’à la quarante-seconde avec un tir croisé de Zalazar qui montait peu à peu. Valladolid est allé pour tous et dès le début de la période a assiégé le portail rival. Lealtad n’aurait pas une seule chance de marquer dans une seconde mi-temps au cours de laquelle ils se consacraient presque exclusivement à la défense du résultat, surtout après s’être retrouvés avec une de moins en raison de l’expulsion de Sandoval juste après l’heure du match. Les Asturiens ne se sont approchés avec un centre sur la droite que pour un Maissa qui depuis une bonne position a tiré mortellement sans conséquences.

Le reste des arrivées étaient des pucelanas et ils ne seraient pas peu nombreux: au cinquante-deux, au centre du côté gauche de Vilarasa en direction de Zalazar, mais le gardien est parti rapidement. Dans les soixante-dix-sept, le centre de Sergio López sur la droite et Benito dans l’embouchure du but l’ont renvoyée de manière incompréhensible d’en haut. Zalazar a raté un bon tir lointain et dans les quatre-vingt-deux, un centre de la gauche avec une tête de Miguel Rubio a été bloqué par deux défenseurs. Trois de la fin, le plus clair de tous serait vu dans un tir de Zalazar qui a frôlé le poteau alors que le but était déjà appelé. La Loyauté a su endurer et a remporté sa première victoire.

Comme un bon mineur, avec une pioche et une pelle, de la ténacité et de la patience, l’Unión Popular de Langreo a sorti sa version la plus combattante devant l’un des plus gros os de Segunda. Cela a pu servir de motivation à l’équipe azulgrana que les accords de “Santa Bárbara Bendita” sonnent quand il a sauté sur le terrain, en clin d’œil à la patronne des mineurs en raison de la proximité de ses vacances. Mais un jour où les Leonais, qui ont fait leurs débuts techniques, sont sortis déterminés à écraser leur rival, ce qui aurait pu être une victoire pour eux s’est terminé par un match nul laborieux pour Langreo, qui a même eu des moments où ils pourraient remporter la victoire. .

L’équipe d’Ángel Rodríguez suit d’un pas ferme, avec onze points, installés dans la zone supérieure. Il lui manque un jeu à jouer, que s’il le gagne, il serait en tête. Mais des matchs comme celui d’hier contre le Culturel permettent à un modeste de la catégorie de rêver, à qui rien n’est mis en avant.

Le Cultural Leonesa, poussé à plaire à son nouvel entraîneur, est sorti renversé pour la victoire. Il n’y avait même pas cinq minutes lorsque Bravo semblait se diriger vers un centre latéral dans le filet. L’équipe léonais était plus à l’aise dans cette section, qui avait même eu un tir d’Héctor au poste. Mais Langreo a été reconstruit, déjà les coups de pied arrêtés, Pana a réussi l’égalité.

Quand Langreo a eu le jeu plus contrôlé, Dioni a empêché, à la fin de la pause, que le ballon passe la ligne de fond et Sergio Marcos a semblé marquer dans la petite zone à volonté.

Dans la seconde partie, le Culturel proposa de condamner le parti. Il est entré en collision avec la barre transversale Kawaya dans un tir puissant et à nouveau le jeu a continué à avoir une domination locale. Davo a réactivé Langreo, qui avec l’entrée d’Allyson, a maintenu son insistance sur la zone rivale. Et c’est donc venu, encore une fois sur coup d’arrêt, un autre but du Barça. Ketu l’a fait la tête dans un coin, après une sortie ratée de Zubiaurre.

Alain, pour avoir résolu une dispute, a été expulsé pour faire face à une remise dans laquelle tout pouvait arriver. Mais le tableau de bord n’a pas bougé et Ganzábal reste un territoire imprenable.

Valladolid, Zone 11 L’entraîneur de Valladolid B, Clemente Sánchez, était particulièrement satisfait d’une victoire “très importante”, d’autant plus que “nous venions pour une victoire qui nous aiderait en qualifications car nous n’avions pas gagné depuis longtemps”. Et c’est que Clemente a souligné que «nous sommes en compétition contre tout le monde, mais il est vrai que la victoire nous résistait et nous sommes venus avec cette intention. Nous avons réalisé ce que nous avions prévu et nous sommes très heureux de l’avoir réalisé ». Et il a répété avec un sourire sur son visage que “nous étions en compétition, mais nous ne parvenions pas à ajouter les trois points, ce qui vous fait beaucoup avancer et grandir dans tous les sens”.

“C’est une victoire qui nous permet de grandir”

Langreo, PA “C’était un très beau match, divertissant, avec beaucoup d’intensité, et jouer deux équipes comme vous et nous le faisons très bien.” Ángel Rodríguez, entraîneur de Langreo, a exprimé ses sentiments face à l’égalité obtenue: “Je suis très fier de l’image face à des équipes qui ont tendance à être au sommet.” L’entraîneur du Barça a reconnu que “le point laisse un bon goût dans ma bouche, tout aurait pu arriver”. Et il a ajouté qu’il espérait que son équipe montre toujours la même image puissante, de ne se sentir inférieur à aucun rival. “Chez nous comme à l’étranger, nous faisons preuve d’une régularité, nous jouons de vous à vous à n’importe qui”, a souligné l’entraîneur du Barça.

“Je suis très fier de l’image que nous avons donnée”