Accueil Sport LaLiga: l’Atlético le plus vulnérable | des sports

LaLiga: l’Atlético le plus vulnérable | des sports

“La défense est notre force!”, Diego Pablo Simeone a récemment applaudi ses joueurs avant la séquence de cinq matches consécutifs de LaLiga en concédant des buts que Levante, auquel l’Atlético affronte à nouveau ce samedi (16h15. Movistar LaLiga), porté à six mercredi dernier à la Ciutát de Valence (1-1). C’est la pire marque de l’ère Simeone. Au moment où il a publié la harangue, les chiffres étaient déjà alarmants pour un entraîneur qui a vu comment, lors de ces demi-douzaines de matchs, Oblak avait inscrit huit buts, deux de plus que les six contre lesquels il avait enregistré les 16 derniers jours. Ni l’entraîneur ni le gardien slovène ne sont habitués à autant de trous ou à cette fréquence.

S’il y a quelque chose qui tend le coach argentin, c’est que ses joueurs perdent de vue le fait que l’identité établie à son stade est née de «la porte à zéro». La proclamation de la nécessité de bien défendre était un rappel de la plus grande fragilité des environs d’Oblak. La furtivité d’une défense moins solide du leader sautait déjà à Cadix malgré la victoire obtenue (2-4). Pas seulement à cause des erreurs et du manque de force qui ont précédé les deux buts de Negredo. Aussi à cause de ce que l’équipe d’Álvaro Cervera s’est précipitée vers les trois centraux rojiblancos (Savic, Giménez et Felipe) avec de simples centres latéraux que les ailiers, Llorente et Saúl ce jour-là, n’ont pas pu bloquer. Lors du match suivant, au Metropolitano, le Celta (2-2) a également largement profité de la faiblesse rouge et blanche sur les côtés et dans la zone centrale de la défense. Santi Mina s’est dirigé dans la petite zone avec un centre de la droite qui n’a trouvé aucune opposition. Dans la dernière minute, Facundo Ferreyra a poussé l’égalité à deux également sous la barbe d’Oblak. Le jeu a fui par le trou entre Koke et Lodi dans leur défense de la zone immédiate. Le dernier but reçu, contre Levante, répondait à une mauvaise anticipation de Giménez, qui était le troisième match consécutif dans lequel l’Atlético était en retard sur le tableau de bord. Seuls le Real Madrid, lors de la 13e journée, et Valence, lors de la 20e journée, avaient contraint les rojiblancos à revenir.

Le système de trois centres et de deux voies a perdu de son efficacité dans cette dernière section du parcours. Juste aux portes du match aller des huitièmes de finale de Ligue des champions avec Chelsea, qui se jouera mardi prochain à Bucarest. Une autre raison de redresser une ligne dans laquelle Savic et Hermoso se démarquent, mais sur laquelle Simeone n’a pas seulement trouvé le meilleur Giménez et moins le Felipe qui a été vu la saison dernière. Cholo ne trouve pas non plus de remplaçant fixe à la baisse en raison de la sanction de Trippier, à laquelle a été ajoutée celle de Carrasco ce vendredi, en raison des maux d’un coup qui a traîné du match contre Grenade, et de Vrsaljko, en raison d’un inconfort musculaire. Ni ce dernier ni Lodi ne semblent avoir convaincu l’entraîneur jusqu’à présent en raison de la façon dont ils s’intègrent défensivement dans la couverture avec trois centres. Le Croate, peut-être un peu plus, mais Simeone n’a pas fini de voir le Brésilien. Pas même avec la perte susmentionnée de Carrasco et celle de Saúl, par sanction, Lodi les a tous avec lui pour être partant ce samedi. Vitolo, qui occupait déjà ce poste à Pampelune et dans les dernières minutes du match de mercredi dernier à Valence, est désormais celui qui discute de sa position.

“La position de Carrasco Most Beautiful nous permet, grâce aux qualités des deux, d’avoir une meilleure transition et une profondeur plus élevée avec un défenseur central qui peut être ailier au départ et un ailier qui est ailier en attaque, “a expliqué Simeone ce vendredi. sur les substitutions du Brésilien. Il a ajouté: «Lodi, en tant que défenseur à quatre, le fait très bien. Dans la croissance au jour le jour et quand il doit jouer plus souvent, il devrait faire mieux dans l’autre système car il a une arrivée, une profondeur, une décoche, un grand centre, un tir à mi-distance, il peut marquer un but. .. ». L’entraîneur argentin ne doute pas des qualités offensives de Lodi, ni de celles de Vrsaljko, mais il doute de sa force défensive, ce qui semble inquiéter le plus Simeone maintenant à cause de ce qu’il crie à ses joueurs à l’entraînement.