Accueil Sport L’Avilés peut avec tout

L’Avilés peut avec tout

Natalio empêche le ballon de sortir tandis que Pablo Sánchez réclame le juge assistant.  |  Mara Villamuza

Natalio empêche le ballon de partir tandis que Pablo Sánchez réclame le juge assistant. | Mara Villamuza

Aviles, Jorge VALVERDE

Real Avilés a fini par mieux s’adapter à ce qu’exigeait «Dora», un effort supplémentaire que certains et d’autres ont dû subir pendant plus d’une heure et demie. La tempête atlantique a tout conditionné, à commencer par un terrain de jeu qui nous a rappelé à quel point marécageux, à l’origine, la zone où il se trouve. Les protagonistes ne pouvaient guère faire plus que faire face à l’aquaplaning, qui, voyant ce qui s’en venait, a choisi de ne pas trop s’user lors de la première partie, dans laquelle la contraction des visiteurs s’est imposée à la tentative de création des lieux. Lenense avait un slogan clair, raccourcir encore plus le temps réel de jeu que la météo appliquait déjà. Après la pause, le Real Avilés a donné plus de continuité au contrôle du jeu et s’est engagé à démystifier qu’un scénario hostile profite plus à ceux qui défendent. Bien sûr, la bonne condition physique que affichaient les Bleu et Blanc y était pour beaucoup, ce qui leur permettait, désormais, d’accumuler des inquiétudes derrière Lénine. Le récit a commencé à la 70e minute, avec Vitolo, Dani Liñares et Joao Da Costa – celui-ci, deux fois – menaçant sérieusement Javi Torres, l’ancien gardien de Kakhol lavan qui finirait par céder aux intentions de Natalio. Dani Liñares, après une coupure électrique, a été renversé par Julio Vázquez et le penalty, presque dans l’obscurité et avec paradinha inclus, a été transformé par Natalio, à mi-hauteur et accroché au poteau droit de Javi Torres. Au milieu d’une averse, Pato a envoyé une passe profonde à Natalio, qui, allant à grande vitesse, a marqué son deuxième but de l’après-midi et le huitième des 14 matchs qu’il a disputés avec les Bleu et Blanc depuis son arrivée dans les semaines qui ont précédé la pandémie.

Plus encore en raison des circonstances, le match était très compétitif, toujours avec “Dora” comme protagoniste.