Accueil Sport Le chantage de Tebas et Jaume Roures aux bars: “Soit vous payez...

Le chantage de Tebas et Jaume Roures aux bars: “Soit vous payez 400 euros, soit nous vous traduirons en justice”

La collection soif de Javier Tebas et Jaume Roures ont le monde de l’hospitalité sur le sentier de la guerre. Beaucoup d’entre eux se sont désabonnés, d’autres ont demandé un rabais tel que celui que l’homme d’affaires catalan obtiendra dans son contrat avec la Ligue, alors qu’une petite partie a décidé de risquer de donner du football de manière illégale aux yeux de la justice.

«Ils nous demandent 400 euros pour donner du football et ce prix est une exagération. Ils n’ont pas réduit le prix d’un sou malgré la pandémie, les restrictions de capacité et les heures de fermeture. Il est normal que beaucoup – comme OKDIARIO a appris plus de 25 000 hôteliers – ont décidé de ne pas continuer à payer ces sommes abusives», Indiquez du secteur.

Certains d’entre eux ont décidé de révéler à ce journal une méthode d’extorsion de plus en plus courante dans l’entreprise Tebas-Roures. «Les détectives de la Ligue viennent tous les deux par trois à notre bar pour s’assurer que nous donnons via leur chaîne –La Liga TV Bar– et certains d’entre nous, en raison de la crise que nous traversons, ne peuvent pas se le permettre. Beaucoup ont commencé à offrir les jeux avec l’appareil classique Plus et d’autres à partager avec Yomvi via l’ordinateur. Ceux qui se font prendre perdent leurs cheveux», Avoue un hôtelier qui vit une procédure judiciaire avec la Ligue.

«Ils m’ont surpris en train de jouer au football, même si Oui, j’ai payé religieusement le Movistar dans ma maison et ils m’ont fait ce qui suit. Le détective a pris ma note et m’a dit qu’ils allaient me dénoncer pour cela. Le lendemain, une publicité Mediapro est apparue et m’a dit qu’ils prenaient mon jugement s’il achetait son appareil pour donner du football. Il me l’a donné gratuitement pendant quelques jours pour essayer, mais puis nous l’avons rendu et ils m’ont fait juger pour piratage», Ajoute cet hôtelier, qui préfère ne pas révéler son identité de peur que la Ligue ne prenne ses affaires en avant.

Le chantage de Tebas et Roures aux bars:

Ce type d’extorsion a été confirmé par plusieurs hôteliers, qui ajoutent qu’il s’agit d’un modus operandi très courant depuis l’été. «Les coïncidences ou celles de Mediapro ne se présentent pas le lendemain de leur capture pour vous vendre leur appareil de football. Ils nous parlent aussi de Movistar et d’autres opérateurs, mais ils nous disent que c’est plus simple et que cela présente bien d’autres avantages car vous n’avez pas besoin de louer Internet ou des téléphones portables … », ajoute un autre hôtelier à propos des offres faites par les publicités de Mediapro une fois qu’ils savent qu’ils ont ce «brun» sur le dessus.

Une entreprise ruineuse

Il faut se rappeler que la société de Jaume Roures payé 460 millions d’euros pour trois saisons à l’été 2019 pour saisir ces droits qui lui semblaient El Dorado et Thèbes. Le président de la Ligue, qui a embauché un cent détectives pour lutter contre le piratage des mois avant de signer ce contrat, agit clairement au profit servile de l’homme d’affaires catalan en s’associant pour obtenir de l’argent des hôteliers.

Il y a exactement un an, Tebas et Roures se sont rencontrés pour présenter publiquement «l’étude de la consommation de football dans les lieux publics». À ce moment-là, ils ont admis que 50000 habitants payaient le quota pour avoir du football et qu’il y avait un objectif à court terme d’atteindre 85000 grâce au fait qu’ils seraient capables de lutter contre le piratage et de faire payer les habitants capricieux. Aujourd’hui, ce montant, à cause de la pandémie, est de 25 000 et il est impossible que cette activité soit viable pour quiconque en raison de la tendance de Mediapro à gonfler les enchères et à quel point il a obtenu de mauvais rendements en France – expulsés par les défaillants – et en Italie.

«C’est comme s’ils vous vendaient une voiture électrique et que vous ne pouviez pas la recharger. Si les barres sont fermées, nous devons voir au moins comment cela est combiné »Roures a dit d’essayer d’expliquer une situation qui réduit son entreprise au minimum. Tebas, qui voit avec zèle comment le premier ministre prend 600 kilos par an pour ce type de concept, Il donne tout pour que les affaires se passent bien pour son ami au point qu’il a écopé d’une amende de 250000 euros pour espionner les téléphones portables des utilisateurs de l’application League. Il faut se rappeler que Thèbes a défendu que le micro des 50000 personnes qui possédaient l’APP a été mis sur écoute à la recherche de piratage, mais il n’a pas passé pour l’Agence espagnole de protection des données (AEPD).

Maintenant, les hôteliers révèlent la dernière tactique du tandem Tebas-Roures pour les polir. La Ligue joue un mauvais flic dénonçant les locaux des pirates et le lendemain, une publicité Mediapro apparaît comme un bon flic donnant toutes sortes de facilités pour éviter un procès. Pour les hôteliers, par peur ou par ignorance des sanctions qui peuvent leur être imposées, ils n’ont généralement d’autre choix que d’accepter ce «chantage».