Accueil Football Ligue 1 Le patron de Mediapro ne paie plus la Ligue 1 française et...

Le patron de Mediapro ne paie plus la Ligue 1 française et doit déjà 344 millions

Jaume Roures est plus important que jamais en France. Le patron de Mediapro a de nouveau violé un engagement payé avec la Ligue 1 de 172 millions d’euros qui ont expiré la semaine dernière. Ainsi, la dette de l’homme d’affaires indépendant catalan atteint 344 millions avec la plus haute compétition du football français.

Il est curieux que Canal + France, qui compte deux des 10 matchs disputés en Ligue 1, il a payé sa part du gâteau. Roures n’a cependant pas payé à nouveau alors qu’il était en pleine négociation avec le tribunal de commerce de Nanterre à ce sujet. L’homme d’affaires catalan, accusé par ses concurrents d’avoir gonflé l’offre lors de l’acquisition du package principal du football français, souhaite une réduction du contrat qui a pris effet cette année. Sur les trois paiements attendus, Roures n’en a payé qu’un en début de saison.

Mediapro a signé en 2018 un contrat de 3200 millions d’euros au rythme de quatre saisons, entrant en vigueur cette saison. De cette manière, le reste des opérateurs qui n’ont pas accordé de crédit à un décaissement aussi élevé ont été imposés dans l’offre. Maintenant, la société catalane au capital chinois propose que donnez-lui encore deux ans de contrat de football français –Jusqu’en 2026– et en payant 400 millions supplémentaires pour ces deux saisons pour un montant total de 3 600 millions. De nombreux clubs considèrent cette offre comme un affront car ils négocient avec un défaillant qui a contraint la compétition française à demander un prêt pour couvrir les défaillances du partenaire privilégié de Tebas en championnat espagnol.

Roures, Tebas et GayarriRoures, Tebas et Gayarri. .

«Moi aussi, je peux rêver d’une maison à Beverly Hills pour 20 millions d’euros, mais je ne peux pas l’acheter. Je ne ferai donc pas d’offre pour l’acquérir. C’est pareil: si vous n’avez pas d’argent, vous ne participez pas aux enchères pour les droits de diffusion du Championnat de France. C’est un scandale! », A critiqué l’entraîneur de l’Olympique de Marseille, André Villas-Boas.

«Nous avions déjà prévenu la Ligue qu’il s’agissait d’un contrat fragile. Les gens qui l’ont négocié n’étaient pas très sérieux “, Emmanuel Macron

La Ligue 1 a déjà demandé un prêt pour faire face au non-paiement de la première tranche Et maintenant, il reste à voir si même le gouvernement français agira sur une question très épineuse. «Nous avions déjà prévenu la Ligue qu’il s’agissait d’un contrat fragile. Les gens qui l’ont négocié n’étaient pas très sérieux »a déclaré le président de la République française, Emmanuel Macron. Le ballon est sur le toit du tribunal de commerce de Nanterre, qui subit une forte pression pour prendre une décision avant fin 2020 et avec Canal + France pressant avec une meilleure offre que Roures a mis sur la table.

Canal + France est proposé comme alternative

Les coqs, qui avait dominé les droits du football dans le pays voisin pendant 24 ans, Ils offrent 700 millions pour les pleins droits du football et une plateforme reconnaissable de tous pour sa diffusion. Il faut rappeler que l’une des excuses de Roures pour ne pas payer était que la plateforme qu’il avait créée pour diffuser les matchs, Telefoot, était bien en deçà des chiffres que Roures calculait avec les abonnés restant sur Canal + France. 400 000 personnes payant 30 euros par mois font clairement de cet investissement de l’homme d’affaires catalan une ruine.

Roures, spécialiste du gonflement des enchères, a déjà augmenté les prix en Serie A italienne lorsqu’il a remporté la vente aux enchères de 2021 à 2024. Ils lui ont demandé une garantie et sa réponse a été qu’il avait un palmarès impeccable.

Souviens-toi que Roures, spécialiste du gonflement des offres, il a déjà augmenté les prix en Serie A italienne lorsqu’il a été imposé lors de la vente aux enchères pour les droits de 2021 à 2024 disant qu’il allait payer 3,3 milliards. Le problème que l’homme d’affaires catalan a rencontré lorsque les transalpinos lui ont demandé une garantie de paiement disait que son dossier était impeccable et qu’il n’avait jamais cessé de payer des frais – copiant le même discours qu’il avait prononcé en France. La différence entre l’un et l’autre était que les Italiens ont demandé une garantie et ont découvert le gâteau.

Roures semble devoir payer les dommages causés au football français, mais en Italie, il a déjà laissé une trace qu’il n’aime pas perdre ou se ridiculiser. Il a demandé 200 millions d’euros pour son expulsion des droits du football italien réclamant des dommages à la image patrimoniale du producteur. Certes, si les choses ne vont pas bien pour lui en France, – et tout le montre – l’homme d’affaires catalan jouera à nouveau la victime et demandera réparation. Ce sera la fin de sa carrière en tant que candidat aux droits de ligue internationale. L’UEFA n’approuve pas ce type de comportement, peu importe à quel point le coronavirus est utilisé comme excuse.