Accueil Sport le psychologue et deux infirmières, les nouveaux prévenus – .

le psychologue et deux infirmières, les nouveaux prévenus – .

BUENOS AIRES – Les procureurs enquêtant sur une présumée négligence médicale dans la mort de la star Diego Maradona ont élargi la liste des suspects.

Jusqu’à présent, les chercheurs se sont concentrés sur le neuropsychiatre Leopoldo Luque et la psychiatre Agustina Cosachov, qui ont joué un rôle de premier plan dans les soins de santé de l’ancien footballeur dans les semaines qui ont précédé sa mort le 25 novembre.

Les nouveaux accusés dans cette affaire sont le psychologue Carlos Díaz et les infirmières Ricardo Omar Almirón et Gisella Lamadrid, le bureau du procureur général de San Isidro, qui mène l’enquête, a confirmé lundi.

Les trois faisaient partie de l’équipe médicale qui avait la santé de Maradona, 60 ans, sous leur garde au moment de sa mort.

Les accusations interviennent quelques jours après que des audios et des SMS entre Luque et Cosachov aient été divulgués dans lesquels des irrégularités dans la prise en charge du capitaine du champion du monde sélectionné en 1986 sont mises en évidence.

Maradona est décédé dans une maison d’un quartier privé de la banlieue nord de Buenos Aires, où il a été transféré après avoir subi une intervention chirurgicale pour un hématome sous-dural au cerveau.

La star du football argentin est décédée le 25 novembre 2020 dans la province de Buenos Aires, en Argentine.

L’hospitalisation à domicile, qui a été approuvée par les médecins et les proches des Diez, est désormais remise en question car le lieu n’était pas adapté pour soigner la santé d’un patient ayant des antécédents cardiaques liés à la consommation de substances interdites.

L’autopsie du corps de Maradona a déterminé qu’il était décédé d’un «œdème pulmonaire aigu secondaire à une insuffisance cardiaque chronique exacerbée» et que son cœur souffrait de «cardiomyopathie dilatée».

Le code pénal argentin prévoit des peines de 1 à 5 ans de prison et une interdiction de 5 à 10 ans pour les personnes reconnues coupables de négligence professionnelle.