Accueil Sport Le Real Madrid explore Ground Zero | des sports

Le Real Madrid explore Ground Zero | des sports

Le Real Madrid apparaît ce mercredi à Bergame (21h00, Movistar Champions League), considéré comme le point zéro du coronavirus, pour le match aller des huitièmes de finale de la Ligue des champions, en quelque sorte également le zéro du club en Coupe d’Europe si les deux dernières saisons sont fréquentées. Après trois oreilles consécutives, Madrid est tombé dans ce tour en mars 2019 contre l’Ajax avec Solari sur le banc, et en août 2020 contre Manchester City avec Zinedine Zidane de retour. “La Ligue des champions pour moi commence maintenant, et ce sont les matchs que nous voulons”, a déclaré mardi Toni Kroos.

Pour Atalanta, le match de ce mercredi est la deuxième étape du parcours insolite d’une équipe minuscule et contre-culturelle, qui a franchi l’année dernière la phase crossover de la Ligue des champions pour la première fois de son histoire. Cette première restera non seulement indélébile dans la mémoire de la ville lombarde, mais dans celle de tout le monde du football et celui de la moitié de l’Europe. Cela fait à peine un an depuis ce 19 février où Valence est apparue à Milan pour jouer contre l’Atalanta, dont le stade à l’époque n’avait pas l’approbation de l’UEFA.

La pandémie faisait rage ces jours-là dans la région. Quelque 40000 personnes ont voyagé de Bergame à Milan pour le match, tandis que le reste de ses 120000 habitants se sont réunis pour le regarder à la télévision dans les maisons et les bars, avec des réservations complètes un mois avant (ce mercredi les bars doivent fermer trois heures avant le match). Lorsque des semaines plus tard, la région est devenue le lieu avec la mortalité la plus élevée d’Europe, les épidémiologistes ont qualifié la rencontre de «bombe biologique». À partir de là, au moins de manière symbolique, on peut retracer l’arrivée de l’enfermement et l’arrêt général de la vie et du football.

De là, Atalanta est sorti en août en quarts de finale à Lisbonne, où ils étaient à un peu plus de cinq minutes de renverser le PSG et de se faufiler en demi-finale. Madrid, pour sa part, est allé s’écraser à Manchester sans Ramos, suspendu, lors d’une nuit calamiteuse à Varane. À partir de là, on peut également retracer le goulot d’étranglement du calendrier auquel certains attribuent en partie la surpopulation de l’infirmerie de Madrid, qui est à nouveau présentée à Bergame sans Ramos. Mais aussi sans Hazard, Benzema, Carvajal, Valverde, Rodrygo, Marcelo, Militão et Odriozola: neuf blessés. S’il répète le onze du dernier match de championnat, Zidane n’aura sur le banc qu’un joueur de champ de la première équipe, Isco, accompagné de Chust, Miguel, Arribas, Blanco et Hugo Duro. «Nous connaissons les pertes que nous avons mais il y a des joueurs sur le terrain pour tenter de gagner. Nous ne nous contenterons jamais de moins. C’est une finale », a déclaré le Français.

Devant ce bataillon des raspas, et soutenu par une collection de nouveaux méritoires au moment le plus critique de la saison, une équipe qui n’est pas italienne, purement désintéressée par l’attaque. L’Atalanta est l’équipe italienne avec le score le plus élevé cette saison parmi toutes les compétitions, avec 2,18 buts par match, plus que la Juve (2,03) et l’Inter (2,09). Une équipe jetée dans l’échange de coups par son entraîneur, Gasperini, qui ne manque même pas le vol de sa star, Papu Gómez. Face à cette explosion, Kroos prescrit: «Nous voulons jouer un jeu plus contrôlé. Nous allons essayer de jouer notre jeu », a-t-il contribué comme formule pour ne pas périr à nouveau dans le même ground zero des deux derniers Champions.