Accueil Sport L’équipe d’athlétisme voit son salaire baissé à nouveau | des sports

L’équipe d’athlétisme voit son salaire baissé à nouveau | des sports

Les joueurs de l'Athletic s'échauffent lundi dernier avant d'affronter Cadix au Ramón de Carranza.Les joueurs de l’Athletic s’échauffent lundi dernier avant de rencontrer Cadix au Ramón de Carranza..7 via Europa Press / Europa Press

Les joueurs sportifs verront leur salaire réduit pour la deuxième fois. Cela a été annoncé par le club de Bilbao dans un communiqué remerciant l’équipe. “Le pas en avant franchi par les joueurs, le deuxième en moins de dix mois, est un exercice de responsabilité et d’engagement envers l’institution”, disent-ils depuis Ibaigane, où ils soulignent que la décision des footballeurs a été prise à l’unanimité et que personne n’a choisi l’accord. Quelques semaines après avoir remporté la Super Coupe, les joueurs ont accepté une réduction de 8,43% de leur jeton, qui pourrait atteindre 10,26% selon diverses circonstances. Il y a neuf mois, les effectifs avaient déjà accepté de baisser leurs salaires de 6%, et l’accord prévoyait que la baisse de salaire aurait pu atteindre 17% en cas de non-reprise de la Liga.

Lors des conversations du club avec les joueurs, ils ont été informés que l’Athletic avait perdu 42 millions d’euros de ses revenus anticipés avant la pandémie. Il y a trois mois, ils ont commencé à parler pour la réduction de la masse salariale. Les deux parties conviennent qu’il y a toujours eu une volonté de parvenir à un compromis. Il y a quelques jours, lors de la conférence de presse au cours de laquelle le renouvellement d’un an de Mikel Balenziaga a été rapporté, le défenseur rojiblanco a assuré que «les joueurs, comme on l’a bien vu à d’autres moments, nous serons toujours là pour aider le club. Quand il y aura des nouvelles, elles seront communiquées ». Moins d’une semaine s’est écoulée et il existe déjà un accord qui réduit la masse salariale d’environ sept millions et demi d’euros. La réduction précédente était de quatre millions.

L’engagement intervient deux jours avant l’Assemblée extraordinaire des commanditaires dans laquelle les comptes de l’année écoulée, le budget de la saison en cours et la gestion du conseil d’administration doivent être approuvés, dont les votes sont tombés il y a deux mois dans un premier tentative de la directive. Le conseil présidé par Aitor Elizegi tentera, à la seconde, d’approuver leurs numéros. Pour cela, il compte sur l’amélioration significative de l’équipe dans le domaine sportif, avec le titre de Super Coupe, l’illusion générée par la finale de Coupe serrée contre la Real Sociedad et la possibilité de franchir une étape historique, jouer une autre finale plus bientôt plus d’un mois. Parmi les arguments avancés lors de la première assemblée, l’instabilité sportive a été l’un des plus récurrents parmi les détracteurs d’Elizegi. En ce sens, l’arrivée de Marcelino García sur le banc de San Mamés a calmé les esprits.

Mais le président et ses dirigeants n’ont pas toutes les cartes en leur faveur. Malgré le fait que dans la nouvelle proposition de budget, le club propose de ne facturer aucun frais aux membres pour cette saison, en tant que changement le plus significatif par rapport aux chiffres présentés il y a deux mois, plusieurs groupes d’opposition ont déjà avancé leur vote négatif sur tous les points. . En réalité, malgré la prolifération des plates-formes, il y a un peu plus de cinquante délégués, mais dans un vote serré, ils peuvent renverser la situation. Depuis le club, ils essaient d’assouplir la position des délégués, ce qui pourrait placer le conseil d’administration dans une situation sans précédent, avec la possibilité de devoir convoquer une troisième assemblée et reformuler les comptes presque à la moitié de l’année. Dans tous les cas, Elizegi a déjà annoncé qu’il n’avait pas l’intention de démissionner si cela se produisait.

L’astuce qui resterait serait de convaincre ceux qui croient en ses postulats, de se présenter à la prochaine élection des délégués partenaires, qui aura lieu en mars, et d’avoir ainsi une plus grande présence à l’Assemblée.