Accueil Sport Liberbank Oviedo Baloncesto conquiert l’Afrique lors des fenêtres de la FIBA

Liberbank Oviedo Baloncesto conquiert l’Afrique lors des fenêtres de la FIBA

Un autre OCB, Hervé Kabasele, membre de l’équipe de la République démocratique du Congo, qui a joué le guichet à Tunis, sera également présent. Exemples de droits exigés par le changement du système de classification approuvé il y a quelques années par la fédération internationale, cela n’a apporté guère plus que beaucoup de voyages et une infinité de jeux sans importance sans joueurs de NBA ou d’Euroligue.

L’OCB conquiert l’Afrique

Natxo Lezkano (Portugalete, 1972) apprécie l’expérience, qui n’est pas sans difficultés. «Vous pouvez emporter un sac à dos souvenir, la vérité est que c’est une très bonne expérience à la fois sportive et personnelle, même si les conditions de travail et l’organisation ne sont pas les meilleures. Dans ce cas, par exemple, sur le plan organisationnel ça a été bien, mais on a à peine eu le temps de s’entraîner, les trajets sont très longs et l’hôtel ne convient pas du tout », explique le coach de la capitale camerounaise. Avec l’idée de faire une bulle, les huit équipes participantes à Yaoundé étaient logées dans le même établissement, qui ne remplissait pas les conditions pour assumer autant de volume.

La relation de l’entraîneur biscayen avec la fédération ivoirienne de basket-ball est très ancienne. Elle a été recrutée en 2011 et a dirigé l’équipe senior masculine à l’Afrobasket en 2011, à Magadascar, et en 2013, en tant qu’hôte, avec deux quatrièmes places. Après s’être séparés et avoir enregistré de pires résultats, les Ivoiriens ont de nouveau contacté Lezkano l’année dernière. Pour l’instant, ça va: ils ont remporté les six matchs de qualification.

Niveau variable

Des dizaines de joueurs du continent africain peuplent les équipes des équipes européennes et de la NBA, certains avec un rôle de premier plan. Cependant, cette haute performance n’a pas encore été traduite dans les équipes nationales. Ceux qui ont le plus grand potentiel sportif et économique sont enrôlés par des techniciens étrangers pour progresser. Le cas du Kenya est à noter, qui a obtenu son premier passeport en 28 ans pour une finale à la tête d’un entraîneur australien, Liz Mills.

L’entraîneur de Liberbank Oviedo Baloncesto explique que «lorsque la phase finale d’Afrobasket a lieu et que les joueurs de la NBA ou de l’Euroligue arrivent, le niveau monte beaucoup. Nigeria, Sénégal, Angola … il y a de très bonnes équipes, nous sommes dans le groupe de tête, mais c’est vrai qu’il y a un grand saut entre six ou huit équipes et le reste. Quoi qu’il en soit, il reste à développer, il y a beaucoup de distance avec les meilleurs. Dans notre équipe, sauf une, ils jouent tous à l’étranger, en France notamment ».

Dans l’équipe ivoirienne, les noms de Deon Thompson, un joueur d’Unicaja, et Seydou Aboubacar, de Breogán, ressortent, bien que ce dernier n’ait pas joué la fenêtre au Cameroun. Il a joué avec le Mozambique Kendal Manuel, signature d’Oviedo dans la pré-saison qui peu après a demandé la résiliation pour des raisons personnelles.

Kabasele, hors site

Parallèlement, dans la capitale Tunis, la République démocratique du Congo a également réussi à se qualifier pour la phase finale de l’Afrobasket avec Hervé Kabasele dans ses rangs. Cependant, le rôle de l’imposant centre d’Oviedo Basketball n’a pas été ce que l’on pourrait supposer. Pour faire place à Jordan Sakho, cinq de San Pablo Burgos, Kabasele a été déplacé à quatre, le plus éloigné du panier, une position qui ne semble pas la plus appropriée à ses caractéristiques. Ses moyennes ont été de 17 minutes sur le terrain, avec 5 points et 5 rebonds par match. Avec la chemise Oviedo, il s’est surtout démarqué pour imposer son physique autour de la jante.

Attend désormais le retour du LEB Oro, qui attend ce vendredi (19h) un match totalement insignifiant entre Tizona de Burgos et l’OCB. Les deux équipes savent déjà qu’elles ne coïncideront pas dans le même groupe lors de la deuxième phase (Liberbank jouera pour monter et les Castillans pour éviter la relégation), donc les résultats entre eux cessent de compter.

“J’espère que la pause nous fera du bien, car nous avons eu des joueurs touchés, Speight, Saúl … et quelques autres qui ont traîné l’inconfort. Ensuite, Kabasele a un voyage de retour très compliqué, voyons quand il arrivera », explique Lezkano.