Accueil Sport Union financière d’Oviedo Base Handball: Sedano recherche la stabilité

Union financière d’Oviedo Base Handball: Sedano recherche la stabilité

La stabilité budgétaire de la base au milieu de la pandémie a été la clé pour faire les signatures cette saison, y compris celle de Dani Sedano. Après avoir passé trois ans dans l’orbite de la Ligue Asonal et une autre année à jouer en Belgique en bon état, la saison dernière n’a pas été la meilleure pour le pivot. «L’expérience de Santoña m’a donné de très bons amis, mais on peut dire que c’est un club assez amateur, par exemple Oviedo. Pour commencer, la Base a évolué très vite, l’offre m’est venue pendant la pandémie, alors que l’avenir était incertain », explique Sedano. Le fait d’avoir un sponsor solide pour rester ferme alors que tout semble s’effondrer autour de vous.

En milieu de saison, le joueur est clair qu’il avait raison: «Le club répond encore plus que ce à quoi je m’attendais. Je suis à l’aise et les conditions ne peuvent pas être meilleures: la nourriture au menu toujours, toutes les dépenses payées pour l’appartement, les vêtements … même il y a des équipes Asobal qui sont pires ».

Sportivement, L’Union financière est un candidat sérieux pour franchir le pas dans la catégorie de la division Silver Honor. Pour le moment, il est le leader de son groupe, même si samedi il a eu une petite frayeur sur le court de Balopal de Palencia, où il a dû se contenter d’un match nul. Sedano admet que “nous allions avec un peu plus de confiance, nous pensions que ce serait plus facile, mais la vérité est qu’ils ont joué un handball de haut niveau qui reflète leur classement ».

En fin de compte, le pivot considère que l’égalité est bonne: «Nous avons différentes pertes, Maxi (Cancio, qui joue la Coupe du monde avec l’Uruguay) et Magnol dans le but, et Gijón a perdu, donc en théorie nous avons gagné un point. Cela doit nous servir d’apprentissage, nous devons combattre chaque match avec intensité, cela vient maintenant une ligne droite difficile contre les équipes au sommet ».

La responsabilité de Dani Sedano est grande en ce moment, puisqu’il est le seul pivot de la Base. Le collègue avec qui il a partagé la démarcation, Charly, travaille comme infirmier et a décidé de partir pour responsabilité. «Lorsque nous recevons la deuxième dose du vaccin, nous espérons qu’il reviendra, être seul dans une position est une grande responsabilité, vous ne pouvez pas rompre. Même si la vérité est que je me sens mieux que jamais ».

Le covid est toujours caché, et dans la Base ils le savent. «Nous devons être bien concentrés jusqu’au bout car à tout moment nous pouvons nous arrêter et nous mettre en quarantaine, Il faut être préparé physiquement et psychologiquement et pour cela je pense que nous avons une longue équipe ».

Mesh: “Dans 3 mois, le point sera très bon”

Le sélectionneur de l’Union financière, Toni Malla, estime que le point obtenu samedi à Palencia va avoir l’air favorable quand il y a du recul. “Dans trois mois, nous allons le considérer comme très bon, même s’il est vrai qu’il faut travailler et se réveiller, car il faut corriger beaucoup de choses”, explique le sélectionneur de l’Oviedo. Ces corrections doivent nécessairement passer par la récupération des poinçons que Malla tente d’inculquer à l’équipe, notamment en matière de défense. «Nous sommes partis sans intensité et un peu hésitants. Notre grand atout est la défense et nous n’avons pas été solides dans les contacts ou dans les aides, et l’objectif n’a pas été couronné de succès. Cela nous coûte plus cher quand nous atteignons ce nombre d’objectifs », explique l’entraîneur de la Base, leader de Primera Nacional. L’aspect positif, précise Malla, est la réaction qu’il a vue de ses joueurs en seconde période: «Après la pause, je pense que nous avons été très bons, en particulier dans le domaine de l’attitude et de l’intensité, mais il y a des moments où les choses ne fonctionnent pas et il faut apprendre à en sortir. Par exemple, un point qui en fin de compte sert à monter ».