Accueil Sport Valladolid – Real Madrid: Madrid est branché par les airs | ...

Valladolid – Real Madrid: Madrid est branché par les airs | des sports

Casemiro, dans l'action 0-1 à Valladolid.Casemiro, dans l’action 0-1 à Valladolid. DPA via Europa Press / Europa Press

A mi-chemin de la seconde mi-temps à Zorrilla, avec Courtois comme meilleur homme blanc, Zinedine Zidane a décidé de réduire ses pertes, étrangement en lui, et a opté pour l’un de ces mouvements qui ne sont exécutés qu’en cas d’urgence: il a soulagé le trio offensif avec un coup (Vinicius, Asensio et Mariano) et a donné un indice sur le peu qu’il avait sur le banc, deux joueurs locaux (Arribas et Hugo Duro) et le dernier de la première ligne (Isco). Avec l’absence de Benzema pour cause de blessure, les coutures de l’équipe étaient encore plus visibles dans la zone rivale.

Le Real Madrid n’a trouvé aucun soulagement dans ses attaquants, ni dans ceux qui avaient commencé depuis le début ni dans ceux qui sont apparus plus tard. La solution est venue de l’un de ces puits qui l’aident à résister en ces temps difficiles: le jeu de passes. Kroos passe et Casemiro, qui avait déjà réalisé deux sans faute, termine Valladolid. Deux milieux de terrain reviennent au secours. La tête, encore une fois à la rescousse. Un quart de ses buts en championnat (11 sur 42) sont venus comme ça.

Aucune équipe du championnat n’a marqué plus de buts de cette manière que les meringues, à distance de Grenade et Séville (sept). L’Atlético en compte presque la moitié (six) et Barcelone, seulement quatre. Casemiro est, avec En-Nesyri, le leader de cette statistique dans le tournoi, et seulement ils s’additionnent séparément au même titre que toute l’équipe du Barça, qui accumule 242 corners, 37 crashs et six mois pour un seul bingo.

Casemiro est, avec En-Nesyri, le leader du tournoi dans cette facette et seulement ils ont séparément autant de cibles (4) que l’ensemble du Barça

Les données blanches acquièrent encore plus de pertinence car dans cette liste de buteurs à travers les airs de la Ligue n’apparaît pas son homme fétiche, Sergio Ramos, qui n’a qu’un seul dans cette chance, en Ligue des champions contre l’Inter. Avec quelques noms ou autres, le chef a servi les madridistas à se reconnecter au titre de champion après s’être senti presque désespéré il y a quelques semaines. Maintenant, ils sont à trois points de l’Atlético avec un match de plus et une confrontation directe en attente dans deux semaines au Wanda. Lors de leurs quatre dernières victoires, les buts aériens ont été décisifs dans trois d’entre eux (Huesca, Getafe et Valladolid) pour se rapprocher des rojiblancos.

Une méthode récurrente

Le centre de la zone est une pratique récurrente depuis que ZZ occupe la bande de Castellana. Dans sa première étape, un crocodile a niché dans la région, Cristiano Ronaldo, et a rendu cette route bonne lors d’occasions rudimentaires. Bale, Benzema et Ramos ont également contribué à valider la méthode. C’est ainsi que Marcelo et Carvajal ont engraissé leur table de passes décisives depuis les flancs: jusqu’à 13 et 12 totaux, respectivement, dans la campagne de doublet (2016/17). Cependant, les Portugais ont émigré en Italie, et le Gallois s’est effondré et exilé au Premier ministre, la zone de pêche aérienne continue de nourrir le Real Madrid. Les garçons de Zizou persistent sur cette voie (c’était la cinquième équipe de la Ligue avant ce jour qui se concentrait le plus, après Eibar, Huesca, Real et Getafe) et avec de bons résultats. Même sans grands signes de son capitaine.

Les données acquièrent plus de pertinence car Ramos n’a pas encore fait ses débuts au championnat

Maintenant, c’est Casemiro qui a pris en charge la tâche. En fait, de toutes les tâches, car en ces temps d’absences médicales, il joue également Ramos en défense. Et dans la zone opposée, en alliance avec le botteur Kroos – le “salaud de Toni le met toujours avec sa main”, le complimentait à Zorrilla-, il compte déjà six buts, dont quatre dirigés. Tous définitifs dans le résultat final.

C’est une autre caractéristique du leadership aérien de Madrid. C’est lui qui met le plus sa tête et qui laisse presque toujours sa marque dans les jeux. A part celui que Benzema a cloué à Huesca (le dernier de 4-1), tous les autres lui ont servi à marquer des points. Et la même chose dans les autres compétitions. Le Français a diffusé à deux reprises Gladbach à domicile (2-0) dans un duel critique dont l’issue a mis tout le club en quarantaine pendant une semaine. Déjà au match aller, en Allemagne, Casemiro et Ramos ont ramassé deux ballons dans les airs dans le discount pour égaliser un match considéré comme perdu. Et avec l’Inter à Valdebebas (3-2), le capitaine a prolongé les distances dans sa seule contribution dans cette section. Même dans sa pire nuit, l’élimination de la Copa del Rey à Alcoy, l’équipe blanche n’a pu marquer que contre un deuxième B d’en haut. En attendant Benzema, Madrid n’a pas trouvé de meilleur marteau que le marteau aérien.