Système de pré-emballage : FM introduit Bill dans LS pour remplacer l’ordonnance

Il est important de noter que les promoteurs continueront de gérer les MPME, contrairement au CIRP, où le professionnel de la résolution gère les affaires avec les conseils des créanciers financiers.Il est important de noter que les promoteurs continueront de gérer les MPME, contrairement au CIRP, où le professionnel de la résolution gère les affaires avec les conseils des créanciers financiers.

Le ministre des Finances Nirmala Sitharaman a présenté lundi un projet de loi visant à remplacer une ordonnance sur le code de l’insolvabilité et de la faillite (IBC), qui prévoit le régime de résolution dit pre-pack pour les micro, petites et moyennes entreprises (MPME).

Dans le cadre du régime, seul le débiteur peut déclencher son propre processus de faillite. Il est conçu pour permettre une résolution plus rapide, moins coûteuse et réduire les litiges souvent déclenchés par des promoteurs défaillants pour conserver le contrôle de leurs entreprises, ont déclaré des analystes.

L’ordonnance a été promulguée le 4 avril, quelques jours après la levée de la suspension d’un an des procédures collectives contre les défaillances liées au Covid. Le projet de loi IBC (Amendment) 2021 s’inspire du rapport d’un groupe d’experts dirigé par le président de l’Insolvency and Bankruptcy Board of India (IBBI), MS Sahoo.

Pour déposer une demande d’insolvabilité pré-pack, le débiteur MPME devra obtenir l’approbation de créanciers financiers indépendants représentant au moins 66% des cotisations. Les promoteurs honnêtes seront autorisés à soumettre le plan de base pour résolution, qui sera ensuite soumis à un appel d’offres dans le cadre d’un défi suisse.

Cependant, dans les cas où les créanciers opérationnels ne sont pas tenus de procéder à une décote, le plan du promoteur, soutenu par des créanciers financiers disposant d’au moins 66% des droits de vote, peut être présenté devant le Tribunal national du droit des sociétés (NCLT) pour autorisation.

Il est important de noter que les promoteurs continueront de gérer les MPME, contrairement au CIRP, où le professionnel de la résolution gère les affaires avec les conseils des créanciers financiers.

Le délai de résolution a également été considérablement réduit. Les plans de résolution pré-pack doivent être soumis en seulement 90 jours et le NCLT aura 30 jours supplémentaires pour les approuver. L’IBC prévoit actuellement un maximum de 270 jours pour l’achèvement de l’ensemble du CIRP.

L’élimination d’une demande de pré-emballage a été prioritaire par rapport à la demande CIRP pour la même MPME stressée en vertu des sections 7, 9 et 10 de l’IBC, sous réserve de certaines conditions. Cependant, en cas de demandes CIRP déjà en attente, NCLT devra les éliminer avant d’examiner la demande de pré-pack pour les débiteurs concernés, ont déclaré des analystes.

Selon les données de l’IBBI, 1 723 cas étaient en cours de résolution en mars 2021. Étant donné que les MPME représentent généralement la plus grande partie de ces cas, le programme de pré-emballage les aidera à résoudre le stress mieux et plus rapidement, selon les analystes.

Rajiv Chandak, associé chez Deloitte India, a déclaré que les prêteurs attendent maintenant des dispositions similaires pour les grandes entreprises. « L’insolvabilité pré-emballée peut aider à résoudre le stress tôt et à réduire le temps de résolution pour les entreprises confrontées à un défaut. »

Anoop Rawat, partenaire (insolvabilité et faillite) chez Shardul Amarchand Mangaldas, a déclaré que l’insolvabilité pré-pack est un processus accéléré qui envisage l’identification d’un plan de résolution avant l’admission du processus par le NCLT.

Share