Taekwondo | Jeux olympiques : Ral Martnez fait ses adieux à Tokyo plus tôt que prévu

Mis à jour le 26/07/2021 – 08:23

Le taekwondo espagnol, l’un des sports qui a donné à l’Espagne le plus de médailles lors des deux dernières épreuves olympiques (trois à Londres 2012 et deux à Ro 2016), dit au revoir à Tokyo avec le argent par Adriana Cerezo comme seul bouton cette fois.

Ce lundi c’était au tour de Ral Martnez (-80 kg), le dernier Espagnol en lice. Celui d’Elche Il est tombé au deuxième tour contre le Croate Toni Kanaet par 21-15. Martnez, qui s’était entraîné à Londres, a payé un mauvais premier tour au cours duquel son rival a réussi un revenu de 13-0. Si le Croate avait atteint la finale, Ral aurait atteint les playoffs, mais Kanaet s’est incliné 22-0 face au Russe Maksim Khramtcov.

« La stratégie du premier tour n’a pas fonctionné du tout. Mon idée était de bloquer avec mon bras gauche et de mettre mon poing dedans. Ensuite, nous avons changé la stratégie pour essayer de mettre le bras et le poing et essayer de bloquer avec cette jambe gauche en avant et quand ça marchait c’était un peu tard« .

Le sentiment est maintenant très en colère parce que nous avons pris une mauvaise stratégie au premier tour

Ral Martnez, joueur de taekwondo (-80 kg)

« Le sentiment est maintenant très en colère parce que nous avons adopté une stratégie qui n’est pas la bonne. Je ne cherche pas d’excuses mais j’ai eu un malaise au poignet gauche dont je me suis occupé tout ce mois, faisant un traitement médical et portant beaucoup de protège-bras. Mais parfois la tête commande une chose et le corps fait ce qu’il veut. Je suis très en colère, le premier tour n’a pas été bon, mais j’ai pu le surmonter bien même si ce n’était pas suffisant. J’ai laissé ma peau sur la tapisserie, même si pour l’instant ce n’est pas suffisant », a-t-il ajouté.

Jusqu’à aujourd’hui, ils s’étaient rencontrés dans de nombreux tournois mais ne s’étaient jamais rencontrés sur le tapis. « Nous avons grandi ensemble », confie Ral, qui a préféré avoir affronté un rival avec qui il avait déjà combattu auparavant. Ils devaient étudier le croate à travers des vidéos.

Le rêve olympique

Bien que le résultat final n’ait pas été ce qu’il aurait souhaité, Ral a réalisé à Tokyo le rêve qu’il poursuivait depuis tant d’années. Le trentenaire d’Elche est le vétéran du groupe de taekwondo qui s’entraîne en RCA de Madrid Miguel ngel Herranz. Il est sur le tatami madrilène depuis 13 ans, mais au fond il est né sur un.

Ral a fait ses premiers pas sur la tapisserie du club que ses parents avaient, et continuent d’avoir, à Elche. C’est pourquoi s’engager dans le taekwondo était l’option la plus naturelle. Son père était son professeur et il a fini par faire de ce sport un mode de vie. De son père, il a appris à toujours faire de son mieux. Son talent et les bons résultats qu’il a commencé à récolter dans les catégories inférieures ont attiré l’attention de la Fédération espagnole, qui lui a offert une bourse pour s’entraîner et vivre au Centre de haute performance de Madrid en 2008. Depuis lors, il est devenu sa maison.

Share