Tech Draft : la F1 devrait « courir à l’unisson » sur tous les continents

Formule 1 Les drapeaux nationaux flottent dans le monde

Ces derniers temps, la Formule 1 a envoyé des messages publics très forts en faveur d’une plus grande diversité et inclusion, non seulement dans le sport mais plus largement dans la société.

Pourtant, étant donné son intention stratégique déclarée très publiquement de traire l’Amérique et le Moyen-Orient riche en pétrole pour chaque dollar qu’il peut, je ne peux m’empêcher de me demander si le concept d’un véritable championnat « du monde » fait partie de leur stratégie à tous.

Je suis confus par le message We Race As One que la F1 donne, comme si elle s’excusait et se permettait en quelque sorte de se différencier et de discriminer sur la base de la capacité à produire de meilleurs rendements pour ses actionnaires.

D’une part, la F1 nous demande d’être inclusifs et de soutenir la diversité, alors qu’en même temps elle compromet le concept même de ce que devrait être un Championnat du Monde diversifié, en excluant ceux qui n’ont ni les ressources financières, ni le poids politique pour convaincre le système actuel qu’ils sont dignes d’accueillir un événement.

L’ensemble du continent africain est négligé, même si le lieu génial de Kyalami en Afrique du Sud est essentiellement prêt à fonctionner avec un minimum de travail supplémentaire requis pour le remettre aux normes.

De même, à l’exception du Grand Prix du Brésil, le vaste et par endroits fou de F1, le continent sud-américain est systématiquement négligé.

Ensuite, il y a le sous-continent indien et même les îles du Pacifique Sud qui pourraient être considérées comme des régions appropriées pour organiser un Grand Prix.

Dans l’état actuel des choses, il semblerait qu’à partir de la fin de 2022, la saison de F1 comprendra quatre Grands Prix au Moyen-Orient et un minimum de deux aux États-Unis, avec une entreprise F1, apparemment disposée à un troisième Grand Prix américain. , dans une certaine forme de réincarnation de ce qui était probablement le pire événement de F1 jamais organisé, au Caesars Palace à Las Vegas.

Mais quel est l’engouement de la direction de la F1 pour l’Amérique ?

Et pourquoi avons-nous besoin de tant de races dans le désert d’Arabie ?

Ne s’agit-il vraiment que d’argent ?

Maintenant, bien sûr, toute critique de la F1 comme celle-ci s’accompagne généralement d’une reconnaissance qu’il s’agit bien d’une grande entreprise, en fait d’une très grande entreprise, mais de même, la F1 n’a-t-elle pas besoin d’être consciente et de reconnaître la stratégie très réelle de lavage de sport utilisé par de nombreux pays arabes riches en pétrole désireux d’utiliser le pouvoir du dollar du divertissement sportif pour s’absoudre aux yeux du reste du monde de leur piètre bilan en matière de droits humains ?

Nonobstant le fait que l’Amérique est sans aucun doute un marché vaste et inexploité pour la F1, je ne peux m’empêcher de penser que son obsession pour les États-Unis est un peu plus profonde que le simple capitalisme, et plutôt une forme de romantisme liée à un désir d’explorer la Grande Frontière.

Tu sais, va à l’ouest jeune homme !

Quoi qu’il en soit, l’histoire a prouvé à maintes reprises que la F1 et les fondations élitistes sur lesquelles elle reposait et sur laquelle elle survit maintenant sont une piètre correspondance culturelle pour le marché américain. Ils n’obtiennent tout simplement pas la F1 et ne le feront probablement jamais vraiment.

Bien sûr, nous ne vivons pas dans un monde simple, et en F1, une partie très importante de cette réalité est le besoin de générer des revenus, et nous devons donc simplement accepter dans une certaine mesure que les événements continueront d’être attribués aux le plus offrant.

Cependant, pour refléter le concept impliqué par son titre même, le championnat du monde de F1 ne devrait-il pas au moins se composer d’au moins un Grand Prix organisé sur tous les continents du monde ?

Alors sûrement, nous pourrions être assurés que plus largement, nous courons en fait comme un seul.

Share