Accueil Technologie Acheter un nouveau smartphone est pire que réparer celui que vous avez...

Acheter un nouveau smartphone est pire que réparer celui que vous avez déjà

Écrit par Jose García Nieto dans Offres

Dernière mise à jour le 22/01/2021 à 17:52

Cela nous est arrivé à tous: notre téléphone portable se brise et, au lieu de le réparer, nous cherchons une alternative pour profiter de l’occasion et renouveler l’équipe. C’est un comportement normal et j’oserais dire qu’il est standardisé dans une grande partie de la société, mais malheureusement, cela implique problèmes assez importants pour l’environnement. Il semble que l’affirmation “acheter un nouveau smartphone est pire que réparer celui que vous avez déjà” est évidente, mais ce qui n’est pas si évident, c’est le l’empreinte * que nous laissons à cause d’un geste aussi simple que de changer de mobile.

Recycler les mobiles

Ont été les chercheurs Lotfi Belkhir et Ahmed Elmeligi, de la Université McMaster, qui, dans une étude publiée dans le Journal d’une production plus propre, ont déterminé quoi acheter un nouveau smartphone consomme autant d’énergie que l’utilisation de votre téléphone existant pendant une décennie. L’étude a analysé l’impact carbone de l’ensemble de l’industrie des technologies de l’information et de la communication (TIC) de 2010 à 2020, y compris celui produit par les ordinateurs (ordinateurs de bureau et portables), les moniteurs, les smartphones et les serveurs Web. Les données sont dévastatrices.

Les smartphones sont particulièrement dangereux en raison de leur courte durée de vie

Mobiles cassés

Si vous demandez à quelqu’un à quelle fréquence il pense devoir changer de mobile, il vous dira peut-être que tous les deux ans. Un moment est venu où deux ans de vie semblent être une éternité et qu’un mobile les atteint un jalon. Cependant, un cycle de vie de deux ans est très faible, au point que les smartphones pourraient être considérés comme des «consommables jetables».

Ce cycle de vie court, associé à une obsolescence programmée, génère un besoin urgent de fabriquer de plus en plus d’appareils au fil du temps. Le problème est que la fabrication de nouveaux mobiles coûte très cher en termes d’environnement. Le principal coupable est extraction de matériaux qui sont utilisés dans la production de ses composants internes – le coltan vous est sûrement familier. Cette extraction implique entre un 85 et 95% des émissions totales de CO2 de l’appareil pendant ses deux années de vie.

Vieux mobiles

Un autre fait curieux que les chercheurs révèlent est que les smartphones avec des écrans plus grands ont une empreinte carbone considérablement plus élevée que les anciens modèles, dont les écrans étaient plus petits. Dans Co.Design, ils ont mis l’exemple de l’iPhone 6S et de l’iPhone 7 Plus. Apple a reconnu que construire un iPhone 7 Plus génère 10% plus de CO2 qu’un iPhone 6S. À leur tour, d’autres études préviennent que, pour sa part, l’iPhone 6S a généré 57% de CO2 en plus que le 4S.

Changer de mobile, c’est consommer autant d’énergie que réparer et utiliser un smartphone pendant une décennie entière

Un fait inquiétant est que, selon Logit Belkhir, auteur principal de l’étude, seulement 1% des smartphones sont recyclés. Cela se heurte de plein fouet aux nombreuses propositions de recyclage que de nombreuses entreprises ont lancées ces dernières années. Pire encore, l’auteur lui-même reconnaît avoir été conservateur dans les conclusions de ses recherches, ce qui signifie que ces chiffres pourraient être bien pires.

Plus de smartphones, plus de serveurs, plus de pollution

Mobile avec écran cassé

Selon Co.Design, “les smartphones représentent un segment des TIC en croissance rapide, mais le principal responsable des émissions de CO2 appartient aux serveurs et aux centres de données eux-mêmes, qui représenteront 45% des émissions de TIC d’ici 2020”. En effet, tout ce que nous faisons avec nos smartphones doit passer par des serveurs. Plus les utilisateurs disposent d’un smartphone, plus ils utiliseront d’applications et de services, plus de puissance de traitement sera nécessaire, plus de serveurs et plus de pollution. Et attention, quoi l’Internet des objets n’a pas encore décollé.

Belkhir affirme que les gouvernements, par le biais de politiques et d’impôts, ils devraient faire le nécessaire pour que les entreprises utilisent des sources d’énergie renouvelables. Google, Facebook et Apple s’y sont déjà engagés, mais seul Apple est parvenu, pour l’instant, à ce que tous ses serveurs fonctionnent avec de l’énergie verte. Ceci, selon l’auteur de l’étude, “est encourageant” bien qu’il ne pense pas que cela change trop les choses.

En bref, la prochaine fois que vous passerez à changer légèrement de mobile, Vous êtes également intéressé à passer par le service technique, réparez-le et continuez à le presser un peu plus. Pas pour vous, mais pour la planète.

*Empreinte carbone: tous les gaz à effet de serre (GES) émis par effet direct ou indirect d’un individu, d’une organisation, d’un événement ou d’un produit.

La source: Conception de Fast Co., Science Direct, The Guardian