Accueil Technologie Facebook revient sur l’interdiction de la presse australienne après les négociations gouvernementales

Facebook revient sur l’interdiction de la presse australienne après les négociations gouvernementales

Après avoir fait face à des réactions négatives importantes, Facebook annulera son interdiction de contenu d’actualités pour les utilisateurs et les organisations australiennes sur son site, selon un communiqué publié par le géant des médias sociaux.

L’interdiction initiale, qui est entrée en vigueur la semaine dernière le 17 février, était une réponse au code de négociation des médias proposé par le gouvernement australien, qui vise à obliger les géants de la technologie tels que Facebook et Google à payer les médias d’information en Australie pour créer des liens vers leur contenu.

Mais Facebook a maintenant annulé sa décision controversée de retirer toutes les nouvelles pour les utilisateurs australiens, et le gouvernement australien affirme que Facebook, «a l’intention de restaurer les pages d’informations australiennes dans les prochains jours».

Le renversement intervient après que le gouvernement australien a apporté des modifications au code proposé. Un amendement stipule que les éditeurs de nouvelles et les entreprises de technologie ont désormais deux mois pour négocier le montant à payer avant qu’un arbitre indépendant n’intervienne en dernier recours.

William Easton, directeur général de Facebook en Australie, a déclaré dans un communiqué que «nous sommes satisfaits que le gouvernement australien ait accepté un certain nombre de changements et de garanties qui répondent à nos principales préoccupations concernant l’autorisation d’accords commerciaux qui reconnaissent la valeur que notre plate-forme offre aux éditeurs. par rapport à la valeur que nous en recevons ».

Alors que les Australiens peuvent bientôt s’attendre à ce que leurs nouvelles réapparaissent dans leurs flux, il semble que Facebook n’ait pas exclu la possibilité de les supprimer à nouveau.

Dans une déclaration distincte, le vice-président des partenariats mondiaux pour les nouvelles de Facebook, Campbell Brown, a déclaré que «le gouvernement a précisé que nous conserverons la possibilité de décider si les nouvelles apparaissent sur Facebook afin que nous ne soyons pas automatiquement soumis à une négociation forcée».

Cette histoire se développe.