Tennis | Jeux Olympiques : Sara Sorribes ou il ne m’a pas réveillé du sommeil

Sara Sorribes quitte le court 7 de l’Ariake Tennis Park de Tokio a commencé à rire et se heurte au coude à coude avec Silvia Soler, son entraîneur. « Comme tu es bon », dit-elle en serrant dans ses bras Anabel Medina, l’entraîneur national. « Quoi ? Et ce service de volée galactique, quoi ? La joueuse de tennis de Vall de Uxo sort sur le ring, après avoir battu la Française Fiona Ferro par 6-1 et 6-4.

Le contraste est flagrant. Dans le 7, collé à la route, le joueur de tennis a joué sur un terrain de club social. « Je suis plus habituée à ce type d’indice à cause de mon classement », prévient Sara. Pas de tribune à l’arrière et avec seulement trois rangées de sièges. Après avoir été invitée au palais, le court central, le premier jour et après avoir joué dans une révolution en battant Asleigh Barty, la numéro 1 mondiale, c’est choquant de la voir là-bas. « Je ne regarde même pas qui je suis autour. J’ai assez pour me concentrer sur moi-même. »

Sûrement avec Anastasia Pavlyuchenkova, le prochain rival, tête de série numéro 13, qui affrontera lorsque le typhon qui entre à l’aube le permettra, se déplacera sur une autre piste plus petite. Mais personne ne va l’empêcher de rêver de retourner à Central. « Dimanche, quand j’ai battu Barty, je ne voulais même pas regarder avec qui j’avais joué jusqu’à tard dans l’après-midi. Pour pouvoir profiter de ce que j’avais accompli. J’adore l’expérience et je suis très excité. C’était très bien ce qui s’est passé hier. il y aurait plus de jours comme hier. « 

Sorribes a affronté le duel des seizièmes avec Ferro avec la même humilité avec laquelle il est venu à la cour de Barty. « Je pensais qu’il était plus favori que moi parce qu’il est dans le top 50 depuis plus longtemps que moi, il a remporté plus de tournois que moi … Mais de la même manière que le Wimbledon que Barty a remporté ne signifiait rien de plus pour face à moi, à moi. Cela ne signifiait rien non plus pour moi pour le match d’aujourd’hui », explique la joueuse de tennis qu’après avoir abandonné le premier match, elle a marqué les six suivants pour égaliser le set. La manche était presque parfaite. Il n’a eu que deux fautes directes pour 19 du rival.

Adepte d’Ivanovic

La seconde, qui a duré une heure, s’est terminée après de la deuxième pause dans le service de la Française avec son ballon s’est écrasé dans le filet. « Je suis conscient que je dois m’améliorer et que je dois passer de nombreuses heures sur le court », confie la joueuse de tennis qui n’avait pas de légende surtout sur les autels. « Je les ai presque tous vus : Arantxa, Conchita, Clijsters, Henin. Peut-être que celle que j’ai le plus aimée était Ana Ivanovic. » Et il a dit au revoir avec le sourire qui ne tombe pas de son visage sur le chemin de la salle à manger et l’immersion de ses jambes dans l’eau glacée. « Je ne l’utilise que dix minutes, mais pour moi c’est une chose merveilleuse. »

Share