Teresa Perales se remet d’une luxation et revient avec des diplômes

Il n’y a aucun obstacle pour le ralentir. Pas même une blessure. Lorsque Teresa Perales a subi une luxation à l’épaule gauche lors du championnat d’Europe à Madère le 17 mai, il semblait que le rêve de Tokyo se dissipait. Il a passé des mois à nager avec un bras. Au point que, le jour même où les noms des représentants de ces Jeux ont été officialisés, l’Aragonais a avoué à quel point il serait difficile de la voir en finale.

Cependant, Teresa n’a pas abandonné. Euh cette erreur. Déjà en RCA de la Sierra Nevada, à moins d’un mois pour mettre le cap sur les terres japonaises, il a tenté de retirer la fronde et de nager à deux bras. Les sensations étaient bonnes et les reprises aussi. Il l’a confirmé au Tokyo Aquatics Center. Il a participé aux finales du 100 mètres nage libre S5 et du relais 4×50 mètres nage libre, signer deux cinquièmes places et donc deux diplômes.

« Je me sens mieux et j’ai beaucoup travaillé. Je suis très heureux d’être arrivé jusqu’ici. Je ne vais pas vous mentir, à un moment donné j’en suis venu à rêver un peu plus, mais en voyant d’où ça vient… Il y a tout juste un mois, j’ai commencé à nager avec les deux bras, bien que la gauche me donne beaucoup de guerre. En réalité, dès que je reviens d’ici je passe sous le bistouri», a expliqué le nageur, 45 ans, conscient de ce qui a été réalisé : «Je frise le miracle de pouvoir concourir. Je me suis bien amusée, j’en suis sortie souriante et je n’étais pas particulièrement nerveuse. Je méritais d’être ici et j’attends avec impatience la suite. »

Le tout nouveau Prix Princesse des Asturies pour le Sport, qui a récolté 26 médailles lors de cinq Jeux Paralympiques, a repris confiance en ses mouvements. « Je n’avais pas essayé de faire un virage fort comme celui fait en compétition et c’est l’un des mouvements les plus dangereux pour le bras gauche. Ce matin j’ai vu qu’il tenait en place et cet après-midi je me suis déjà jeté sans crainte. C’est alors ce que le corps endure. Je suis resté debout sans toucher à l’eau pendant un mois environ et quinze jours de plus, j’ai nagé avec un seul bras, ce qui était très dur. Maintenant qu’est-ce que j’ai pu faire. Je suis heureuse parce que j’ai tout donné », a confié notre emblématique sirène, qui retournera à la piscine lundi 30.

Share