Toto Wolff: des enfants riches «  combattent leurs propres démons  »

Toto Wolff sympathise avec la stigmatisation attachée aux pilotes issus de milieux riches, mais a souligné que la course n’est pas accessible pour le moment.

Plusieurs pilotes de Formule 1 ont parlé dans le passé de combien il en coûte maintenant aux jeunes d’essayer de se placer sur l’échelle junior de la Formule 1, et récemment Lewis Hamilton de Mercedes a jeté son dévolu sur le sommet de la montagne en qualifiant la Formule 1 de « club de garçons milliardaires ».

«Pour moi personnellement, nous vivons à une époque où c’est devenu un club de garçons milliardaires. Si je devais repartir d’une famille ouvrière, il me serait impossible d’être ici aujourd’hui. Parce que les autres enfants auraient beaucoup plus d’argent », a-t-il déclaré à AS.

« Nous devons travailler pour changer cela et en faire un sport accessible, pour les riches et pour les personnes d’origine plus modeste. »

Et le patron de Hamilton, le directeur et copropriétaire de l’équipe Mercedes, Toto Wolff, convient que les budgets dont les coureurs juniors ont maintenant besoin pour concourir sont «absurdes».

En même temps, il comprend que les conducteurs issus de milieux aisés «combattent également leurs propres démons», les goûts de Lance Stroll et Nikita Mazepin attirant la négativité sur la manière dont leurs pères milliardaires ont soutenu leurs carrières respectives.

Donc, Wolff pense que si quelqu’un de n’importe quel milieu pouvait s’impliquer dans la course, alors il n’y aurait pas cette stigmatisation.

Découvrez toutes les dernières marchandises Mercedes via la boutique officielle de la Formule 1

« Ce qui rend le sport si attrayant, c’est qu’il fournit un récit pour un bon savon [opera] en dehors de la course aussi », a déclaré Wolff, cité par Motorsport.com.

«Les conducteurs sont toujours venus d’horizons différents, et je pense qu’il n’y en a pas toujours… chacun a son histoire, et des choses à faire [with].

«Je doute que les enfants issus d’un milieu plus privilégié aient la tâche facile tout le temps. Ils combattent leurs propres démons.

«Ce que je pense que nous pouvons faire, c’est nous assurer que les courses de base deviennent plus abordables, afin que les enfants qui n’ont aucune expérience financière puissent réellement réussir dans les formules juniors.

« Toutes les grandes équipes de Formule 1 [need to be] capable d’identifier ces enfants, plutôt que de le rendre si cher qu’une bonne saison de karting coûte 250 000, une saison F4 500 000 et une saison F3 1 million.

« C’est totalement absurde, [and] doit s’arrêter, parce que nous voulons y avoir accès. Je pense que nous devons donner aux enfants intéressés par le karting la possibilité de courir pour des budgets beaucoup plus abordables. »

Suivez-nous sur Twitter @Planète_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram !

Share