Toussaint : célébration religieuse et tradition populaire

Devenue progressivement une occasion pour rendre hommage aux proches décédés, la fête de la Toussaint était jadis dédiée à la célébration des personnes mortes en martyrs. À une certaine époque, elle s’est élargie à la commémoration de tous les saints, aussi bien ceux qui sont reconnus en tant que tels ou non. Souhaitez-vous en savoir plus sur l’histoire, l’origine et l’évolution de cette célébration religieuse très populaire ? Trouvez toutes les informations utiles dans ce guide.

La fête de la Toussaint : quelle est son histoire ?

La célébration de la Toussaint a une très longue histoire. Cependant, contrairement à ce que pense la majorité des chrétiens, elle n’a pas une origine biblique. Apparue au VIIe siècle, cette fête permettait déjà à cette époque de célébrer les chrétiens morts en martyrs. Néanmoins, il faudra attendre l’an 835 (au Moyen Âge) pour que le fils de Charlemagne, Louis Le Pieux, instaure officiellement une commémoration de tous les saints le premier novembre.

Progressivement, la célébration de cette fête a connu un bel essor à travers tout l’occident. Le premier novembre était ainsi devenu une grande fête pour tous les chrétiens au XVIe siècle. Dans la foulée, le pape Pie X instaura au XX siècle l’obligation pour tout bon chrétien de se rendre à la messe le jour de la fête de Toussaint.

Quelles que soient ses connotations à travers l’histoire, la Toussaint a toujours été perçue comme une occasion de prier les saints afin que leur lumière éclaire le monde des vivants. Elle atteste donc qu’une vie éternelle fait systématiquement suite à l’existence humaine du chrétien. C’est dire que la célébration de la fête de Toussaint rappelle à tous l’espérance chrétienne face à la mort. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’à travers l’histoire, elle a tendance à être confondue avec la fête des Morts. Pour rappel, cette dernière commémoration est fixée au lendemain de la Toussaint, le deux novembre.

La fête de la Toussaint : une journée fériée et commerciale

En France et dans de nombreux autres pays du monde, la journée du premier novembre est fériée, contrairement à celle de la célébration des morts (le deux novembre). Pour ce faire, beaucoup de personnes ont pris l’habitude de célébrer leurs défunts le jour de la Toussaint. Ils sont donc nombreux à se rendre dans les cimetières pour embellir et fleurir les tombes de leurs proches défunts.

C’est également un véritable moment de recueillement pour les chrétiens. D’ailleurs, ce grand besoin de recueillement est renforcé et facilité par l’apparition des caveaux familiaux vers le XVIIIe siècle. Aujourd’hui, le constat est unanime, la fête de la Toussaint a quelque peu perdu sa signification de base. Depuis le XXe siècle, la tradition populaire (célébration des morts le jour de la Toussaint) a pris complètement le dessus sur la portée religieuse de la journée du premier novembre.

De plus, aujourd’hui, la Toussaint n’est plus uniquement réservée aux chrétiens. En effet, elle est devenue une occasion parfaite pour les familles éloignées de se réunir pour rendre hommage à leurs proches disparus. Cette nouvelle connotation de la fête a un impact majeur sur le plan commercial. Elle est progressivement devenue un évènement commercial incontournable pour les fleuristes, mais aussi pour les opérateurs funéraires, les centres commerciaux et autres.

Le chrysanthème : l’emblème de la fête de Toussaint

Lors de la fête de Toussaint, les proches des défunts saisissent l’occasion pour fleurir leur tombe. Pour ce faire, ils font recours à de nombreux types de fleurs. Cependant, l’espèce incontournable à cette période de l’année reste le chrysanthème. Il est devenu depuis plusieurs générations la fleur parfaite pour fleurir les tombes. Il faut dire que cette pratique a vu le jour au XIXe siècle. À cette époque, il était essentiellement question de substituer les bougies utilisées pour embellir les tombes par d’autres ornements. C’est ainsi qu’à cause de sa floraison tardive, le chrysanthème a commencé par être utilisé massivement dans les cimetières.

Par ailleurs, il est important de souligner que le chrysanthème est aussi devenu emblème de la Toussaint après l’Armistice de 1918. En effet, cette fleur a été très utilisée lorsque Georges Clemenceau a convié les Français à embellir les tombes des soldats morts au front.

Quelles sont les alternatives au chrysanthème ?

Bien évidemment, le chrysanthème n’est pas la seule fleur que vous pouvez utiliser pour orner la tombe de vos disparus à la Toussaint. Vous pouvez aussi opter pour des espèces comme les hellébores. Avec ses diverses teintes (violette, pourpre, verte, blanche, rouges, etc.) et ses nombreuses formes, vous pourrez faire de magnifiques associations avec cette fleur. Il suffit de laisser libre cours à votre imagination.

Très utilisée pour son aspect décoratif, la bruyère est aussi un bon choix de fleurs pour la Toussaint. De plus, cette espèce de fleur résiste très bien aux conditions climatiques de l’hiver. Pour finir, vous pouvez également opter pour le Cyclamen ou les Gauras. Ce sont également de jolies fleurs pour décorer les tombes de vos proches disparus.

Share