in

Trump va après Rand Paul et rate la cible d’un mile – RedState ⋆ .

Peut-être avons-nous besoin d’un remix thème « good Trump, bad Trump » car cette dernière déclaration de l’ancien président est définitivement la dernière. Et ce n’est pas à cause de préoccupations superficielles concernant le décorum, mais à cause du contenu lui-même. Pour une raison quelconque, Trump a décidé que ce serait une bonne idée, au milieu d’une demi-douzaine de problèmes majeurs à résoudre (y compris une ordonnance inconstitutionnelle de Biden), de définir plutôt ses sites sur… Rand Paul?

Apparemment, il pense que Paul doit s’excuser pour ne pas avoir soutenu le même candidat lors d’une primaire électorale spéciale de l’Ohio. Cela a conduit à cette sortie qui comprend plusieurs coups de feu sur le sénateur du Kentucky.

Écoutez, cela ne me dérange généralement pas lorsque Trump s’en prend aux gens, y compris certains républicains, et vous ne me trouverez pas en train de me demander si c’est «présidentiel» ou non. Je trouve que le gars est un mélange d’hilarité intentionnelle et non intentionnelle la plupart du temps. Mais il y a deux problèmes majeurs avec cela.

Pour commencer, si Trump veut se présenter en 2024 (et je ne suis pas sûr qu’il le fasse réellement) et/ou être une force pour le bien en 2022, il doit s’intéresser aux problèmes qui intéressent réellement les gens. Pourquoi Trump n’a-t-il pas publié une déclaration condamnant le projet de loi sur les infrastructures ? Ou la prolongation du moratoire sur les expulsions par Joe Biden au mépris de la Cour suprême ? Je comprends que son administration a également soutenu à l’origine un moratoire, mais il existe des moyens de nuancer cet argument. Zut, pourquoi semble-t-il mentionner rarement Joe Biden en général? Il a le temps de publier une déclaration sur la défaite de l’équipe féminine de football aux Jeux olympiques ce matin, mais pas la destruction des droits de propriété ?

De plus, et peut-être plus important encore, Rand Paul a fait plus pour lutter contre l’hystérie COVID, y compris le Dr Fauci et les blocages et mandats anti-science poussés par l’establishment, que toute autre figure républicaine, y compris Trump. Et pour être franc, ce n’est même pas proche quand on considère que Trump aurait pu licencier Fauci à tout moment. Compte tenu de cela, oui, je suis un peu sur la défensive de Paul parce que c’est un gars qui a mis son cou en danger alors que Trump et d’autres ne le feraient pas sur ce qui est le plus gros problème de ces deux dernières années.

Si Trump veut s’en prendre à Mitt Romney, allez-y. S’il veut se moquer de Liz Cheney, amusez-vous. Heck, clown sur Mitch McConnell pour tout ce que je me soucie. Mais ces petits coups sur Rand Paul sont stupides, contre-productifs et immérités. Trump devrait féliciter Paul pour ce qu’il a fait pour lutter contre la tyrannie basée sur COVID, sans être obsédé par une approbation principale. Rappelons-nous également que le candidat soutenu par Tump a perdu au Texas la semaine dernière (et je l’ai défendu contre ceux qui disaient que cela signifiait quelque chose de profond à propos de la diminution de son influence), alors peut-être qu’une certaine conscience de soi serait de mise.

Comme je l’ai écrit hier, vous avez Ron DeSantis en train de détruire Joe Biden pour avoir essayé de diriger un État policier biomédical et le meilleur que Trump puisse proposer est de tirer sur les bons républicains ?

Pour terminer, je répondrai de manière préventive aux répliques évidentes : non, je ne pense pas que Trump plaisante ici. Sa peau est notoirement mince et l’approbation de Paul l’a évidemment tordu. Enfin, oui, je voterais pour Trump en 2024 s’il était le candidat, donc pas besoin de s’inquiéter là-bas.

En attendant, je vais toujours être honnête sur ce que je vois et entends. Rand Paul a gagné mon respect durable pour la façon dont il a pris les devants contre les hystériques COVID. Si cela signifie le défendre contre Trump ou quelqu’un d’autre, qu’il en soit ainsi.

Avec des problèmes de conformité dans le passé, la piste est libre pour le stock SGOC

Jeux Olympiques 2021 : ROC et non Russie : la conséquence du scandale de dopage d’Etat russe