Tug of War est et espère être un film anticolonial : cinéaste Amil Shivji

Le film est basé sur un roman de l'écrivain zanzibarien Adam Shafi enseigné dans le secondaire.Le film est basé sur un roman de l’écrivain zanzibarien Adam Shafi enseigné dans le secondaire.

Le cinéaste tanzanien d’origine indienne Amil Shivji croit qu’il faut raconter l’histoire du point de vue du peuple plutôt que de répéter le récit colonial. Dans son deuxième long métrage, Tug of War, Shivji, dont les ancêtres sont venus en Tanzanie de Porbandar, Gujarat, raconte une histoire d’amour et de résistance qui se déroule au cours de la dernière décennie de domination coloniale britannique et de lutte pour la liberté à Zanzibar, une île autonome qui a un grand communauté indienne. Faisant partie du programme Discovery du 46e Festival international du film de Toronto, Tug of War était la thèse du réalisateur pour sa maîtrise alors qu’il étudiait à l’Université York, à Toronto. Shivji, qui enseigne le cinéma à l’Université de Dar-es-Salaam, la capitale économique de la Tanzanie, s’entretient avec Faizal Khan sur la réalisation du film et sa résonance contemporaine. Extraits d’un entretien :

Votre deuxième long métrage, Tug of War, est un drame d’époque qui se déroule dans les années 1950 au cours de la dernière décennie de la domination coloniale britannique en Tanzanie. Quelles leçons pour la société contemporaine de l’histoire de la lutte pour la liberté ?
Je pense que les principaux éléments pour raconter une histoire dans les années 50 étaient de réfléchir aux luttes qui nous ont amenés là où nous en sommes actuellement. Mais la lutte n’est pas terminée. Nous ne sommes pas dans un meilleur endroit. Les idéologies populistes et de droite ont gagné de l’espace et nous devons ramener les idées de résistance pour contrer les idéologies dominantes. Je voulais faire un film très contemporain.

Vous traitez des distinctions de classe et du colonialisme dans vos œuvres comme votre premier long métrage, T-Junction (2017), et maintenant Tug of War. En quoi est-ce différent de raconter l’histoire du point de vue du peuple et non du point de vue colonial ?
Ce sont deux histoires complètement différentes et deux histoires différentes. L’un vient de l’opprimé et l’autre de l’oppresseur. Nous n’avons jamais eu la chance de raconter nos histoires, nous n’avons jamais eu les outils pour les raconter. Nous n’avons pas tenu le stylo ou l’appareil photo. Pendant les recherches pour le film, j’ai vu ce qu’était le récit colonial. J’ai évité ce genre de cadres. J’étais plus enclin à montrer l’histoire des gens de la classe ouvrière, qui étaient pour la plupart indiens. Zanzibar n’est pas un site touristique, c’est un pays. Il respire et parle encore toute une culture qui lui est propre. Le récit colonial ne nous a jamais donné cela. Ce film est et espère être un film anticolonial.

Zanzibar est connue comme les îles aux épices. Indique-t-il les relations étroites de l’île avec l’Inde ?
Ce n’est pas seulement l’Inde, la culture de Zanzibar a été immensément construite sur le commerce avec l’Inde, la Chine et le Moyen-Orient. C’était un carrefour de cultures différentes. C’était une plaque tournante pour le commerce des épices lorsqu’elle était sous la domination du Sultanat d’Oman. Les épices poussaient à Zanzibar et venaient également d’Inde. Zanzibar a joué un grand rôle dans le commerce des épices et le commerce des esclaves à cette époque.

Êtes-vous proche de vos racines indiennes ? Avez-vous déjà visité le pays de vos ancêtres?
Je suis un Tanzanien de quatrième génération. Mes parents sont nés en Tanzanie. Leurs parents sont nés à Zanzibar. Lorsque les Indiens sont arrivés au 19ème siècle, ils débarquaient d’abord à Zanzibar et déménageaient en Tanzanie plus tard. Pour la migration indienne vers l’Afrique de l’Est, un point de départ aurait été le Gujarat, Porbandar pour être précis. L’infrastructure et l’architecture de Zanzibar parlent étroitement à Porbandar. Le chef des architectes pour la construction de Stone Town à Zanzibar était originaire d’Inde. La communauté indienne a joué un grand rôle dans le développement de l’île. Mes deux parents sont avocats et mon père est professeur invité à l’université Jawaharlal Nehru de New Delhi. Il a une histoire d’amour avec JNU et en parle toujours très bien. J’ai visité l’Inde quand j’étais enfant il y a longtemps. Nous avons fait un voyage touristique à Delhi, Agra et Jaipur. Je veux retourner en Inde, notamment pour participer à un festival de cinéma. Ce serait une expérience merveilleuse.

Quand avez-vous commencé la production de Tug of War ? Quels ont été les défis pour un cinéaste dans un pays qui n’a pas une grande industrie cinématographique pour terminer le film ?
Le film est basé sur un roman de l’écrivain zanzibarien Adam Shafi enseigné dans le secondaire. J’ai lu pour la première fois quand j’étais à l’école. Des années plus tard, alors que je me débattais avec le scénario de mon premier long métrage, T-Junction, un voisin m’a donné le roman pour m’aider à m’inspirer. J’ai tout de suite su qu’il parlait au cinéma avec son imagerie visuelle. Après T-Junction, j’ai eu envie d’adapter le roman au cinéma. Ma démarche initiale a donc été de faire un master en production cinématographique pour m’aider à lever des fonds. Je suis allé étudier à Toronto avec cette approche. Ma thèse de maîtrise portait sur le tir à la corde. Après être revenu à Zanzibar de Dar-es-Salaam pour la production, j’ai changé ma thèse en script complet. Le film est une histoire d’amour et de résistance, sur Denge, un jeune homme qui fait partie du mouvement communiste contre le régime colonial et Yasmin, une mariée fugueuse d’origine indienne qui est liée à ses activités. Le film est la première adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire swahili en Tanzanie.

Connaissez-vous le cinéma indien ? Y a-t-il des influences des films indiens dans votre cinéma ?
Absolument. Enfant, j’allais au cinéma et je regardais un film de Bollywood. Les acteurs de Bollywood étaient célèbres à Zanzibar. Quelqu’un comme Mithun Chakraborty était un nom familier dans les familles swahili. A Zanzibar, la culture du cinéma était énorme, folle. Dans les années 50, le plus gros marché pour les films hindis après l’Inde était Zanzibar. Les gens ici fredonnaient l’air des chansons de Bollywood. Nous avons essayé d’obtenir les droits de quelques chansons de films de Bollywood pour Tug of War. Malheureusement, cela ne s’est pas produit, le prix était hors du monde. Et nous avons fini par travailler avec des artistes indépendants pour créer de la musique indienne. L’un d’eux était de la famille du compositeur de musique de Sholay.

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share