Un groupe d’avocats européens considère le système de suivi publicitaire Android comme illégal

07/04/2021 à 17:39 CEST

SPORT.es

La vie privée inquiète de nombreuses personnes, ce n’est pas étonnant, car nos données sont entre les mains de plus en plus d’entreprises. Ainsi, certaines entreprises comme Apple et Facebook ont ​​été sous un grand contrôle pour la façon dont ils gèrent la confidentialité. Désormais, le groupe européen d’avocats à but non lucratif dénommé Noyb a poursuivi Android par l’intermédiaire de l’Autorité française de protection des données, accusant Google d’avoir enfreint la “loi sur les cookies” Union européenne par votre identifiant d’annonces Android. Google crée automatiquement un identifiant (AAID) de notre téléphone et empêche sa suppression. Quelque chose qui viole les lois européennes qui l’exigent signaler cela clairement et sans messages ambigus.

Cet AAID peut être réinitialisé, mais cela ne supprime pas les informations passées et n’empêche pas les annonceurs de suivre notre activité à l’aide de cette nouvelle identification. Alors que la plainte a été enregistrée en France, Noyb a expliqué que presque tous les téléphones de l’Union européenne ont été touchés. Le groupe, dirigé par Max Schrems, parie que la France pourrait forcer Google à prendre des mesures rapides pour résoudre ce problème. Lequel pourrait entraîner une sanction substantielle contre Google.

Max Schrems a montré qu’il avait un grande réputation pour faire aboutir ces choses. En fait, il a fait de grands progrès dans la protection des informations des résidents de l’Union européenne.