Un lavage avance vers la mer et un autre dévaste les bâtiments

28/10/2021

Le à 18:08 CEST

.

L’une des coulées de lave sortant de l’éruption volcanique de la Cumbre Vieja, sur La Palma, numéro sept, sIl est situé à 86 mètres de la mer tandis qu’un autre, le numéro trois, a causé de nouveaux dégâts aux bâtiments..

Le directeur technique du Plan de prévention des risques volcaniques, Miguel Ángel Morcuende, et la directrice des îles Canaries de l’Institut géographique national, María José Blanco, ont expliqué l’évolution des différents flux, qui ont détruit 2 183 bâtiments sur leur passage et 113 se trouvent à risque.

Morcuende a regretté qu’au cours des dernières heures, la blanchisserie trois ait dévasté de nouveaux bâtiments et il s’est arrêté à 20 mètres de la route d’Aniceto et peut affecter la piste utilisée pour se rendre à Puerto Naos.

Cependant, il a fait confiance à en « avalant » ce qu’il a trouvé sur son chemin, sa progression sera plus lente.

Ce lavage s’est déplacé ces dernières heures à environ 20 mètres par heure et se situe dans une zone intermédiaire de la zone touchée en direction de Puerto Naos, mais assez éloignée de ce centre touristique, évacué depuis le début de l’éruption.

Concernant la blanchisserie numéro huit, le directeur technique de Pevolca a indiqué que bien que Elle est debout à La Laguna depuis des jours, il est impossible pour les voisins évacués de rentrer chez eux car cela « ne tient qu’à un fil ».

Concernant l’arrivée à la mer du lavage numéro sept, Morcuende a indiqué qu’on ne sait pas quand il se produira, mais a souligné que l’opération est déjà prête à informer les habitants des quartiers de Tazacorte qu’ils devront confiner eux-mêmes.

Soufre

Les alertes de qualité de l’air à la population sont devenues l’une des priorités de Pevolca ces derniers jours, et il prépare un système de feux tricolores avec des mesures de protection spécifiques pour faciliter la compréhension des différentes alertes.

Au cours des deux derniers jours, le La présence de dioxyde de soufre a dépassé les seuils d’alerte dans les épisodes enregistrés à la station de Puntagorda, une municipalité située au nord de Tazacorte, El Paso et Los Llanos de Aridane et plus loin du volcan, une situation pour laquelle le Pevolca cherche toujours une explication.

Mercredi, le seuil de dioxyde de soufre a été dépassé à trois reprises entre 9h et 11h et la valeur limite journalière a également été dépassée, même si ce jeudi la tendance est à la baisse, comme dans le reste des stations de mesure.

En tout cas, pendant au moins les prochaines 36 à 48 heures, le vent devrait continuer à souffler du nord, qui s’éloigne et disperse le panache de cendres vers le sud-ouest et l’ouest, une situation favorable au fonctionnement de l’aéroport.

La hauteur de la colonne de gaz et de cendres a atteint 2 600 mètres au cours des dernières heures et les émissions quotidiennes de dioxyde de soufre ont diminué pour le quatrième jour. consécutifs, jusqu’à 16 350 tonnes par jour, bien qu’il soit encore élevé.

Dans les prochains jours, il est prévu un nouvel affaiblissement de l’alizé et une entrée d’air continental en provenance du Sahara ce qui pourrait affecter la qualité de l’air en raison de la plus grande présence de particules en suspension.

Sismicité

La sismicité, selon le rapport quotidien de Pevolca, reste dans les mêmes paramètres que les jours précédents, avec des secousses à des profondeurs moyennes (de 10 à 15 kilomètres) et élevées (plus de 20) et des magnitudes autour de 3,5, avec le plus haut de 4,8 en profondeur. couches, et des intensités allant jusqu’à quatre.

La déformation du terrain enregistrée il y a deux jours dans la station géodésique la plus proche du centre émetteur s’est complètement inversée et dans le reste des stations il n’y a pas de déformations, en tout cas des déflations.

| Agence ATLAS | .

María José Blanco a déclaré que il n’y a pas de consensus sur la cause de cette déformation d’une dizaine de centimètres, un « phénomène particulier », puisqu’il était très local et superficiel, il n’a été enregistré que dans une seule station, et a souligné que cela pourrait être dû au fait que ces mesures sont effectuées juste à côté ou au-dessus du système qui alimente le magma du volcan.

Le directeur de Pevolca, Miguel Ángel Morcuende, a détaillé que la surface couverte par la lave est de 905,46 hectares, 20,48 hectares de plus en 24 heures, et, selon les données du cadastre, il y a 1 293 bâtiments détruits, deux de plus, sur les 1 039 de qui sont à usage résidentiel, 136 à usage agricole, 64 à usage industriel, 29 à usage de loisirs et d’accueil, 11 à usage public et 14 à d’autres usages.

Le système satellitaire européen Copernicus porte le nombre de bâtiments détruits à 2 183, tandis que 113 autres sont menacés, pour un total de 2 296 bâtiments touchés.

Sur les plus de 7 000 évacués par l’avancée de la lave, il y en a 458 abrités dans des hôtels, quatre de plus que la veille, et 44 personnes à charge ont été hébergées dans des centres sociaux de santé.

Le cône se brise à nouveau

En revanche, dans la matinée de ce jeudi, la nouvelle rupture du cône principal du volcan La Palma entretient la coulée de lave vers l’ouest de l’île, où l’on s’inquiète également de plus en plus de la émissions de dioxyde de soufre (SO2) du panache volcanique, variant entre 6 000 et 9 000 tonnes par jour.

Au cours des dernières heures, le nombre de séismes de magnitude supérieure à 3,5 dans des profondeurs moyennes et profondes -plus de 20 kilomètres-, ce qui augmente les possibilités d’un séisme d’intensité VI (légèrement destructeur), selon le département de la Sécurité intérieure (DSN) dans son rapport remis au huit ce matin heure péninsulaire.

Il note également que la nouvelle rupture du cône principal du volcan Cumbre Vieja maintient la coulée de lave vers l’ouest, alimenter les lavages existants.

D’autre part, et avant l’éventuelle nouvelle arrivée de lave en mer, Capitainerie maritime a établi un périmètre d’exclusion du sud (Puerto Naos) au nord (Tazacorte) et parallèle à la côte à un demi-mille marin de la côte.

Concernant la qualité de l’air, la DSN rapporte que le processus éruptif a augmenté les valeurs de dioxyde de soufre (SO2) dans le versant ouest de l’île, où le volcan pourrait émettre jusqu’à 9 000 tonnes de ce gaz par jour dans l’atmosphère.

Nouvel effondrement de l'intérieur du volcan

| Agence ATLAS | .

Tôt ce jeudi, le scénario météo il est resté favorable aux opérations aéroportuaires de l’île de La Palma.

L’île de La Palma a connu hier soir 53 nouveaux tremblements de terre, selon les informations de l’Institut géographique national, qui détaille que le plus grand tremblement de terre de celles enregistrées depuis minuit (heure locale) se sont produites à 5h05 du matin à Fuencaliente, avec une magnitude de 3,6 et une intensité estimée à III (faible).

Quelques heures plus tôt, à 01h25, des sismographes détectés dans Villa de Mazo, autre mouvement de magnitude 3,5, en l’occurrence d’une plus grande intensité : IV ou « largement observé » (senti à l’intérieur des bâtiments par beaucoup et seulement par très peu à l’extérieur ; légère secousse ou secousse du bâtiment, de la chambre ou du lit ; vaisselle, verrerie, fenêtres et portes qui cognent et aucun dommage).

Tous les mouvements détectés pendant la nuit (entre 00h00 et 6h30) se sont produits dans profondeurs comprises entre 10 et 14 kilomètres. 2 183 bâtiments détruits

Malgré la direction favorable des rivières de lave, Le système satellitaire européen Copernicus porte à 911,6 hectares la zone dévastée par la lave du volcan La Palma, 3,4 de plus que dans le précédent calcul effectué tôt ce mercredi et qui, à son tour, coïncidait avec celui de mardi à midi.

Cette dernière mise à jour correspond à 15h21 ce mercredi et en elle Copernic Il soulève également des dégâts matériels à 2 183 bâtiments détruits, 21 autres, en plus des 113 autres éventuellement touchés ; ainsi que les kilomètres de routes manquantes sous les coulées de lave : 66,6, plus 3,2 autres à risque.

Le solde des dommages aux habitations selon le cadastre est de 1 291 bâtiments détruits, quatre de plus que mardi, dont 1 038 à usage résidentiel, 135 à usage agricole, 64 à usage industriel, 30 à usage de loisirs et d’accueil, 11 à usage public et 14 à d’autres usages.

Sur les 7 000 évacués de leurs maisons, il y a 454 hébergés dans des hôtels à Fuencaliente et Los Llanos de Aridane et 38 personnes à charge hébergées dans des centres de santé sociaux.

Le président des îles Canaries, Ángel Víctor Torres, a annoncé que la semaine prochaine, les 18 premiers appartements acquis pourraient être attribués à titre de solution de logement provisoire pour les personnes concernées.

Le sol ne sera pas protégé

ET a exclu que le sol envahi par la lave du volcan La Palma ne soit pas déclaré protégé, qui relève de la responsabilité de l’administration qu’elle représente.

« La volonté », a déclaré Torres, du gouvernement canarien, du Cabildo de La Palma et des municipalités d’El Paso, Los Llanos et Tazacorte, ainsi que de la « société civile », est de « les récupérer pour qu’ils soient des sols agraires, sorribos , afin qu’il puisse être planté en eux. « 

Torres a fait ces observations lors d’une conférence de presse au cours de laquelle le ministre de l’Agriculture, Luis Planas, a révélé qu’il avait écrit une lettre au commissaire européen Janusz Wojciechowski pour demander que ceux qui ne peuvent pas commercialiser leurs produits à cause du volcan puissent percevoir les subventions. du Programme d’options spécifiques pour l’éloignement et l’insularité (POSEI).

Les exploitations directement dévastées par les eaux de ruissellement en bénéficieraient tellement, comme celles qui ont perdu des récoltes à cause des cendres ou des difficultés d’irrigation dues à la rupture des conduites d’eau préexistantes.

Planas a également annoncé avoir demandé l’inscription à l’ordre du jour du Conseil des ministres de l’agriculture et de la pêche de l’UE prévu pour le 15 novembre de l’urgence volcanique de La Palma et de son impact sur le secteur, pour être discuté et être « sensible ». aux demandes de l’Espagne et des îles Canaries.

L’intention de ces initiatives, a déclaré Planas, est de garantir que face à « une situation exceptionnelle », il y ait une « réponse exceptionnelle » de la part de l’UE.

Planas a également avancé qu’il portera au Conseil des ministres la semaine prochaine l’approbation finale des 14 millions d’euros pour la compensation des pertes dans le secteur primaire pour, immédiatement après, transférer ces fonds au gouvernement des îles Canaries et qu’il procède de les répartir entre Les bénéficiaires.

Share