Une campagne de harcèlement en France des personnes nées en 2010 oblige le ministère de l’Éducation nationale à intervenir

Les étudiants nés en 2010 sont devenus le centre de taquineries et insultes dans ce retour à l’école en La France, où l’étiquette # Anti2010 s’est propagé en générant une croissance inquiétude entre les parents et les autorités, ce qui a conduit à intervenir auprès du ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer.

Le ministre a envoyé une circulaire à tous les établissements mettant en garde contre ce problème et donnant quelques lignes directrices pour l’action, des lignes d’assistance pour les victimes aux sanctions scolaires pour les intimidateurs.

La campagne, qui s’est propagé sur TikTok où le label a cumulé plus de 40 millions de vues, il rassemble menaces, moqueries et insultes à l’encontre de ceux nés en 2010 pour le simple principe de naître cette année-là et parfois appelle les élèves plus âgés à se moquer d’eux et même à être violents.

« Petite merde 2010 », « Brigades contre 2010 », sont quelques-uns des messages qui circulent dans les réseaux depuis plusieurs semaines, à la suite de la vidéo d’une jeune chanteuse sur YouTube sur les jeux Pop-It (plaques de silicone à bulles) dans lesquelles elle se vante de être né en 2010 et être au courant de toutes les tendances.

11 ans

Sur Twitter, le ministre de l’Éducation a publié ce jeudi une vidéo dans laquelle il exhorte à accueillir les élèves de 11 ans Quoi entrer dans les écoles secondaires, où ces problèmes sont enregistrés, après que les plaintes de plusieurs parents ou frères et sœurs aient été diffusées.

« Je vois qu’il y a un mouvement grandissant qui consiste à faire un mauvais accueil aux élèves de 11 ans et à les embêter d’être nés en 2010. Évidemment, c’est complètement stupide et contraire à nos valeurs » a déclaré Blanquer dans un appel à la fraternité et pour protester contre le harcèlement.

« Dans les couloirs ils chantent la chanson de Pop-It quand ils passent un né en 2010. J’étais assis sur un banc et les anciens se sont levés en disant : « Nous ne voulons pas des années 2010 à nos côtés », raconte une maman ce vendredi sur la chaîne BFM TV.

Une autre internaute a rapporté que sa sœur, née en 2010, recevait quotidiennement des insultes pour cette raison. « Pensez à quel point cela peut blesser une personne, elle est encore jeune et n’a rien fait. Je vous soutiens, 2010 ! Réconforter! », écrit cet internaute.

La Fédération des conseils de parents d’élèves a également lancé une déclaration mettant en garde les parents et le gouvernement sur cette situation et mettant en garde contre la banalisation du harcèlement dans le monde virtuel.

« Dans le monde numérique des réseaux sociaux, (le harcèlement) est au même endroit que le complot, la manipulation et les canulars », a-t-il écrit dans un communiqué qualifiant le problème d' »inacceptable » et appelant à une vigilance particulière.

Share