Une nouvelle refonte de la réglementation pourrait mettre au moins 40 échanges cryptographiques en faillite en Corée du Sud.

Une nouvelle refonte de la réglementation pourrait mettre 40 des 60 bourses hors service en Corée du Sud après que les entreprises ne devraient pas remplir les conditions proposées par la Commission des services financiers (FSC). La refonte de la réglementation pourrait également affecter les détenteurs de pièces de « kimchi » utilisées localement, qui ne les échangeront pas contre du fiat dans d’autres bourses. Cela pourrait entraîner des pertes de plus de 2,6 milliards de dollars.

40 échanges cryptographiques devraient fermer en Corée du Sud.

Selon un rapport du FT, on s’attend à ce que 40 des 60 bourses qui opèrent dans le pays soient fermées en raison de l’incapacité de se conformer au nouveau cadre réglementaire publié par la Commission des services financiers. Cette règle, qui a une date limite pour le 24 septembre prochain, établit que tous les échanges doivent s’inscrire auprès de l’institution pour opérer dans le pays. Cependant, bon nombre de ces échanges n’ont aucun moyen de se conformer aux conditions requises pour le faire. La loi stipule également que chaque échange cryptographique doit s’associer à une institution de boulangerie pour ouvrir des comptes bancaires au nom réel pour les clients.

La refonte réglementaire affectera également les investisseurs locaux.

Cette refonte de la réglementation en Corée du Sud aura également des conséquences inattendues pour les investisseurs locaux. La fermeture des petites bourses incapables de se conformer à ces règles peut entraîner des pertes de 2,6 milliards de dollars pour les investisseurs coréens. En effet, ces échanges répertorient les soi-disant «pièces de kimchi», un groupe de 42 petites crypto-monnaies alternatives qui ne sont utilisées que par les investisseurs locaux. Si ces échanges ferment, la liquidité pour échanger ces pièces disparaîtra. Les échanges cryptographiques internationaux sont également affectés par la mesure et doivent s’enregistrer auprès du FSC.

Share