Une nuit historique de « presque » records du monde aux Trials

27/06/2021 à 11:54 CEST

Les championnats d’athlétisme en plein air des États-Unis, les fameux « Trials », ils ont vécu une journée spectaculaire à l’aube du dimanche (heure espagnole) avec une pléthore de marques impressionnantes que certaines d’entre elles ont placées à un pas des records du monde en tant que deuxièmes meilleures marques de l’histoire.

A quelques heures de la réapparition d’Orlando Ortega dans le Championnat d’Espagne, L’Américain Grant Holloway a confirmé son grand moment après avoir battu le record du monde de 60 haies à Madrid En hiver, il a arrêté le chronomètre en demi-finale avec un spectaculaire 12,81 (deuxième meilleure note de tous les temps, juste un centième derrière le record de son compatriote Aries Merritt) et a remporté la finale avec 12,96.

D’ailleurs, deux autres news sur cette épreuve masculine de haies hautes à Tokyo. Le Jamaïcain controversé pour sa course et actuel champion olympique Omar McLeod a remporté sa demi-finale au Championnat de Jamaïque avec un magnifique 13.04, tandis que le Russe Serguei Shubenkov (bronze à Rio’16) a obtenu l’autorisation de concourir en tant qu’indépendant après la persécution dont il a été victime par World Athletics pour un prétendu cas de dopage qui n’existait pas.

Dans une finale spectaculaire de 400 mètres haies, Rai Benjamin a crédité 46,83 et est ainsi devenu le deuxième athlète le plus rapide de tous les temps à cinq centièmes du record du monde de l’aussi américain Kevin Young (46,78) pour présenter sa candidature claire pour l’or olympique avec le Norvégien Karsten Warholm comme son grand rival. Et aussi attention à Kenny Shelmon, qui a terminé deuxième avec 48,08.

À seulement 17 ans, Erriyon Knighton continue d’entrer dans l’histoire et a arrêté le chronomètre à un brutal 19,88 en demi-finale du 200 m pour battre à nouveau le record du monde des moins de 18 ans avec trois autres classés sous les 20 secondes : Kenny Bednarek (19,90), le célèbre Noah Lyles (19,91) et Isiah Young (19,99).

Erriyon Knighton, un mineur qui casse le moule

| .

Dans la catégorie féminine, la journée a apporté deux autres deuxièmes meilleures notes de l’histoire. Le premier a obtenu un excellent Gabrielle Thomas avec 21,61 au 200 mètres, seulement derrière l’impressionnant 21,34 que l' »extraterrestre » disparue Florence Griffith détient depuis Séoul’88 comme record universel avec 21,34. Trois autres athlètes sont tombées sous les 22 secondes en finale : Jenna Prandini (21,89), Anavia Battle (21,95) et Tamara Clark (21,98).

Et pour conclure et dans un nouvel échantillon de l’expansion absolue de l’athlétisme américain à des tests qu’historiquement il avait « réussi » olympiquement (jeu de mots), La championne du monde en titre du lancer de marteau, DeAnna Pryce, a lancé l’artefact à 80,31 devenir la deuxième femme à franchir la barrière des années 80 aux côtés de la détentrice du record du monde polonaise Anita Wlodarczyk (82,98).

DeAnna Price est la deuxième femme à dépasser les 80 mètres

| .

A également brillé au saut à la perche l’une des grandes candidates à l’or à Tokyo, une Katie Nageotte qui s’est hissée à 4,95 pour devenir la cinquième meilleure de tous les temps derrière la grande Russe Yelena Isinbayeva (5,06) et de l’Américaine Sandi Morris (5,00), bien qu’à égalité avec une autre Russe (Anzhelika Sidorova avec 4,95).

Share