Universal Music Group envisage de vendre une participation de 10% à un “ investisseur américain ”

Avant l’introduction en bourse très attendue d’Universal Music Group, le conglomérat français Vivendi envisage de vendre 10% supplémentaires du label Big Three à un «investisseur américain» non identifié.

Vivendi – qui avait précédemment vendu un cinquième d’Universal Music Group à Tencent pour 6 milliards d’euros – a révélé aujourd’hui la possibilité de céder une autre participation de 10% dans UMG (ainsi que plusieurs autres points intéressants) via une sortie officielle.

En bref, l’entité basée à Paris «analyse l’opportunité de vendre 10% des actions UMG à un investisseur américain». Cependant, le texte n’identifie pas cette partie et ne précise pas si la transaction rapportera le même prix de 3 milliards d’euros (3,67 milliards de dollars au taux de change actuel) que l’accord Tencent susmentionné.

Et comme alternative à la conclusion d’un accord avec ledit «investisseur américain», le propriétaire coté en bourse d’Universal Music (VIV sur Euronext Paris) évalue la possibilité «d’initier une offre publique d’au moins 5% et jusqu’à 10% d’UMG actions »avant de distribuer 60% des actions UMG à ses actionnaires.

Ensuite, Vivendi a également déclaré dans le communiqué que les actions d’Universal Music Group feraient leur chemin sur Euronext Amsterdam d’ici le lundi 27 septembre 2021 «au plus tard». L’introduction en bourse d’UMG devait initialement arriver d’ici la conclusion de 2021 et, par la suite, au cours de l’automne – bien que l’événement se déroule maintenant dans un délai maximum de 132 jours.

En ce qui concerne ce qui a poussé Vivendi à sélectionner Euronext Amsterdam pour l’introduction en bourse d’UMG, le propriétaire de Havas a décrit en février les Pays-Bas comme «un pays qui a été l’une des maisons historiques d’UMG».

Enfin, Vivendi devrait proposer – «sous réserve de l’approbation de Tencent et des membres de son Consortium» – que le conseil d’administration d’UMG coté en bourse soit «majoritairement composé de membres non exécutifs, dont une majorité sera indépendante».

Lors des assemblées d’actionnaires, les investisseurs «seront libres d’élire les administrateurs conformément aux conditions de majorité prévues par la loi», conformément à la proposition décrite. Et «à ce stade», ni Vivendi lui-même ni le Groupe Bolloré (qui détient et contrôle une part importante de Vivendi) «n’entendent être représentés» au conseil.

Les investisseurs d’UMG recevront une voix par action, poursuit le texte, et «aucune action privilégiée ni aucun autre droit de vote multiple ne sera exercé». De même, un «mécanisme de pilule empoisonnée» ne sera pas mis en œuvre et une limite de mandat de deux ans s’appliquera à tous les membres du conseil.

Il convient également de rappeler que Vivendi a l’intention de distribuer 60% des actions UMG à ses investisseurs sous la forme d’un «dividende spécial», 20% du label appartenant à Tencent et 10% supplémentaires en vente à un investisseur américain, une fois de plus .

Mais Vivendi prévoit de conserver le dixième restant du capital social d’UMG pendant une durée minimale de deux ans afin de rester associé au développement de sa filiale tout en bénéficiant de la protection de la législation européenne applicable aux sociétés mères et filiales de différents États membres. “

Les actions de Vivendi ont terminé à 36,09 $ chacune à la fermeture du marché aujourd’hui – pas loin de leur valeur par action record de 37,23 $. Universal Music Group a annoncé une croissance de ses bénéfices au premier trimestre 2021 en avril et Warner Music Group – qui est revenu en bourse il y a environ un an – a révélé la semaine dernière son intention de commencer à distribuer un dividende trimestriel de près de 62 millions de dollars.