Valtteri Bottas écope d’une pénalité de trois places sur la grille pour un tour dans la voie des stands

Valtteri Bottas a écopé d’une pénalité de trois places sur la grille après avoir fait un tête-à-queue dans la voie des stands en FP2 lors du Grand Prix de Styrie.

Le Finlandais s’est également vu infliger deux points de pénalité pour son infraction, qualifiée de « conduite dangereuse dans la voie des stands » selon un communiqué de la FIA.

Une partie de la déclaration disait : « Au cours de l’audience [Bottas] a déclaré que dans le passé, ils avaient perdu du temps lors du départ des stands. Alors ils ont essayé quelque chose de nouveau, qui était de laisser la voiture en deuxième vitesse.

« En conséquence, le patinage des roues était beaucoup plus élevé et le résultat inattendu. Par conséquent, il n’a pas réussi à contrôler correctement la voiture dans la voie rapide.

« Cela doit être considéré comme une conduite dangereuse, d’autant plus que du personnel se trouvait dans la voie des stands. »

En posant du caoutchouc, Bottas a perdu l’arrière de sa Mercedes W12 en sortant du stand, le faisant filer dans la voie rapide et s’arrêter très près de l’équipage McLaren.

Découvrez les dernières marchandises Valtteri Bottas via la boutique officielle de Formule 1

Les mécaniciens McLaren ont aidé Bottas à corriger son W12 touché devant leur garage, mais il y avait de la colère sur le mur des stands avec McLaren qualifiant le problème de « ridicule » alors qu’ils discutaient avec le directeur de course Michael Masi.

« Michael, c’est absolument ridicule », a déclaré McLaren via le mur des stands au directeur de course de la FIA, Michael Masi.

« Ils auraient pu éliminer l’un des gars sur le mur des stands. »

Le directeur de l’équipe McLaren, Andreas Seidl, avait qualifié l’incident d' »effrayant », tout en précisant que les pilotes devaient déjà être conscients de conduire prudemment dans la voie des stands.

Dans son interview après la course, Bottas avait expliqué qu’il essayait quelque chose de différent avec le patinage des roues, une expérience qui avait directement conduit à l’incident.

Il ne s’attendait à aucune sanction, estimant que la FIA voulait juste savoir ce qui s’était passé.

Mais à cette occasion, il s’est trompé.

Suivez-nous sur Twitter @Planète_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram !

Share