Valtteri Bottas : Mercedes savait qu’ils auraient dû m’écouter

Valtteri Bottas pense que Mercedes a accepté de mieux l’écouter après le drame du Grand Prix de France.

Bottas a demandé à Mercedes de l’équiper d’un nouveau train de pneus après avoir lutté contre le grainage de sa stratégie à un seul arrêt au Paul Ricard.

Mercedes n’a cependant pas suivi les souhaits de Bottas, le Finlandais manquant le podium après avoir été dépassé par Sergio Perez de Red Bull.

Bottas était loin d’être satisfait de Mercedes, ce qui a conduit à un échange animé à la radio, et il semble que cela ait fonctionné avec le Finlandais qui s’attend maintenant à ce que Mercedes prête une plus grande attention à ce qu’il a à dire.

« En tant que pilote, en termes de communication, de retours et de demandes, vous apprenez toujours et je dois peut-être être plus direct », a déclaré Bottas aux journalistes avant le Grand Prix de Styrie.

« Mais j’ai l’impression qu’ils ont compris qu’ils devaient écouter et comme je l’ai dit, nous vivons et apprenons. Je pense qu’à l’avenir, les choses iront mieux.

Les coups de gueule à la radio ne sont certainement pas nouveaux dans le monde de la Formule 1, et comme l’a souligné Bottas, la Formule 1 est un sport de niveau d’élite, pas un « goûter ».

« C’est la course. Il y a des émotions. Il est si difficile de décrire la sensation lorsque vous êtes dans la voiture et que nous ne sommes pas à un goûter », a-t-il expliqué.

« Nous sommes dans un sport d’élite de haut niveau et je veux bien faire et je veux que l’équipe le fasse bien, donc il y a des émotions même pour un Finlandais. »

Découvrez les dernières marchandises Valtteri Bottas via la boutique officielle de Formule 1

Alors que la Formule 1 négocie un triple titre, Bottas n’a eu que quelques jours pour réfléchir avant de se concentrer sur le Grand Prix de Styrie.

Et même s’il ne dirait pas qu’il se sent « plus heureux » maintenant avec la décision de Mercedes au Paul Ricard, il comprend mieux la situation.

« Je pense que plus heureux n’est peut-être pas le bon mot mais je comprends plus de choses », a-t-il confirmé.

« Évidemment, lorsque vous êtes dans la voiture, vous avez une vision limitée de la situation en course, il était donc important de tout traverser comme nous le faisons toujours.

« Je comprends donc mieux la situation, mais le fait est que dans la situation où j’étais avec mes pneus à ce moment-là, c’était sous-optimal mais nous ne pouvons pas remonter dans le temps et nous continuons toujours à apprendre. »

Suivez-nous sur Twitter @Planète_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram !

Share