Visa rachète la fintech suédoise Tink pour 2,2 milliards de dollars

Une carte de crédit Visa est visible sur un clavier d’ordinateur dans cette illustration photo

Visa Inc (VN) a annoncé jeudi avoir convenu d’un rachat de 1,8 milliard d’euros (2,2 milliards de dollars) de la plate-forme bancaire européenne ouverte Tink, des mois après avoir abandonné le projet d’acquisition du rival américain de la startup, Plaid.

Fondée en 2012, la société suédoise Tink permet aux banques et autres sociétés financières d’accéder plus facilement aux données financières des consommateurs. Il est utilisé par plus de 3 400 banques et autres institutions, ainsi que par plus de 250 millions de clients à travers l’Europe.

Visa a été contrainte de résilier un accord prévu de 5,3 milliards de dollars avec la plate-forme américaine de partage de données Plaid en janvier, à la suite d’un procès du gouvernement américain visant à bloquer l’accord pour des motifs antitrust.

Visa a déclaré que l’accord Tink était soumis aux approbations réglementaires.

Les règles de l’Union européenne sur les opérations bancaires ouvertes, également adoptées par la Grande-Bretagne avant de quitter le bloc, obligent les banques à autoriser l’accès aux données des clients par des fournisseurs tiers enregistrés pour stimuler la concurrence.

Le déploiement des règles a fourni un terrain fertile pour les fintechs, telles que Tink, qui fournissent une technologie pour aider les tiers et les banques à accéder aux données des clients.

Visa conserverait la marque et l’équipe de direction de Tink, et son siège social resterait à Stockholm, a indiqué la société.

Le rachat de Tink comprenait des incitations en espèces et en rétention, a déclaré Visa, ajoutant que l’accord n’aurait aucun impact sur sa politique de rachat d’actions ou de dividende précédemment annoncée.

Share