Vogue Paris explore ses archives pour son 100e anniversaire – WWD

JEUNE 100 ANS : Retardé d’un an en raison de la pandémie de COVID-19, le numéro célébrant les 100 ans de Vogue Paris sortira dans les bacs le 28 septembre, quelques jours avant le vernissage de l’exposition « Vogue 1920-2020 » au Palais Galliera.

La couverture, une photographie de Guy Bourdin d’avril 1979 avec un cœur rouge audacieux avec Vogue Paris et « 100 ans » (ou « 100 ans ») en feuille d’or, a été choisie en écho à l’idée centrale du numéro selon laquelle « les archives [are] le cœur d’un magazine, sa colonne vertébrale, ses mots qui restent pour l’éternité. Ils sont sa voix, ses confidences, ses secrets profonds qu’ils partagent avec vous », a déclaré l’équipe dans un communiqué.

L’ouverture du numéro est une note éditoriale de l’ancienne rédactrice en chef Emmanuelle Alt – qui a quitté l’été dernier dans le cadre du remaniement de Condé Nast de ses rangs éditoriaux mondiaux – suivie d’un texte initialement publié dans le numéro de janvier 1945 écrit par Germaine Beaumont, une Journaliste française qui a été la première femme à remporter le prestigieux prix littéraire Renaudot.

« C’était la première lettre de l’éditeur après la Seconde Guerre mondiale et nous avons découvert que le titre « Repirer » [or ‘Breathe’] être très à propos de ce que nous vivons aujourd’hui. C’était l’une des nombreuses coïncidences », a déclaré Sylvia Jorif, rédactrice en chef du magazine, qui a expliqué que cette plongée en profondeur dans les archives avait réservé des surprises même à ceux qui connaissaient bien le magazine, comme Alt vétéran de 20 ans.

Considéré comme le véritable aboutissement de la décennie d’Alt, le numéro 1021 est principalement composé de documents d’archives, ponctués de colonnes par des luminaires culturels parisiens comme le directeur du Musée des Arts Décoratifs Olivier Gabet et l’auteur Jérôme Gautier, actuellement directeur des éditions chez Dior Haute Couture, qui écrit un chronique sur les archives et leur signification pour retracer avec élégance – et parfois occulter – des épisodes du siècle d’existence du magazine.

« Nous avons décidé de n’utiliser que [archival material], le présentant plus à la manière d’un livre que d’un magazine, avec des sujets organisés par certains des thèmes définissant le magazine », a expliqué Jorif, qui a souligné que les textes écrits par les icônes littéraires françaises Simone de Beauvoir, Françoise Sagan et Jean Cocteau avait été reproduit « dans leur vérité » pour donner une idée de la physicalité de l’identité du magazine et en tant que « témoignages de leur temps ».

Paris, bien sûr, est également à l’honneur dans le magazine. « Ce qui est fascinant et très instinctif dans tout le magazine, c’est l’idée que la meilleure toile de fond pour Vogue Paris est la ville elle-même », a déclaré Jorif, qui a écrit un article sur la relation symbiotique entre la publication et sa maison titulaire.

Le numéro met également en lumière le travail de photographes célèbres associés au magazine, tels que Helmut Newton ; Guy Bourdin « qui a contribué à façonner son identité et son esprit » et Irving Penn, qui a réalisé les portraits de célébrités françaises et de Parisiens anonymes, en rupture marquée avec son travail pour le Vogue américain.

D’autres chapitres se concentrent sur la beauté, les bijoux et « l’œil de Vogue », qui explore les perspectives provocatrices du magazine français, notamment un éditorial de Terry Richardson présentant Eva Herzigova comme victime de violence domestique, ou un éditorial d’Inez & Vinoodh de 2003 avec des modèles nus debout à le bar aux côtés de parieurs sidérés tôt le matin.

Parallèlement au magazine, un supplément entièrement consacré à Saint Laurent met en lumière « l’autre de longue date du magazine français. C’était une parfaite cohésion non seulement avec Yves Saint Laurent lui-même depuis 1962, mais aussi les créateurs qui ont repris le flambeau après son départ. Après tout, la photo la plus célèbre de Monsieur Saint Laurent avec deux filles dans la rue est de Vogue Paris », a déclaré Jorif.

Le numéro de 420 pages et son supplément sont au prix de 6,90 euros, et resteront en vente pendant deux mois. Le numéro suivant, daté de novembre 2021, sera le premier dirigé par la directrice des contenus éditoriaux Eugénie Trochu.

POUR EN SAVOIR PLUS, VOIR AUSSI :

Condé Nast nomme Eugénie Trochu à la tête de Vogue Paris

Le rédacteur en chef de Vogue Paris devrait être supprimé des équipes européennes de Condé Nast Culls

Sylvia Jorif rejoint Vogue Paris après 23 ans chez Elle

Share