Voici comment les jeux en ligne et les sports électroniques sont taxés en Inde

Les jeux, où le hasard prédomine sur l’habileté, sont interdits, tandis que les jeux, où l’habileté prévaut sur le hasard, sont autorisés. (Image représentative)

Par Shivani Jha,

Le conseil de la TPS a mis en place un groupe de membres au cours de la dernière semaine de mai, qui comprenait des ministres de différents gouvernements d’État, pour examiner la TPS payable dans l’industrie des jeux en ligne. La discussion a porté sur deux grands domaines : si ces taxes sont applicables sur la totalité du montant des frais de plateforme et de la contribution en argent payés par le joueur, et le taux d’imposition applicable en fonction de la nature du jeu.

Jeux en ligne et lois fiscales

En Inde, les plateformes de jeux sont tenues de payer la TPS car elles sont considérées comme des fournisseurs. Les frais d’inscription sont généralement déposés sur un compte séquestre. Lorsque le joueur joue à un jeu, une partie des frais (disons 10 %) est transférée en tant que « frais de plate-forme » à l’hébergeur en ligne et constitue le revenu de l’opérateur en ligne.

Les 90 % restants des frais payés (réclamation donnant lieu à une action) constituent la cagnotte et sont transférés au tableau de bord du gagnant lorsqu’il remporte un jeu.

Actuellement, une telle réclamation pouvant donner lieu à une action exclut les jeux d’argent, les paris ou les courses de chevaux, pour un jeu d’adresse (comme le football Fantasy ou le rami, etc.) contrairement aux jeux de hasard, ces sommes ne sont pas couvertes par des règles d’évaluation spécifiques Règles de la TPS, 2017. Tombant ainsi sous les exceptions de la Loi de 2017 sur la TPS pour l’évaluation de la TPS.

Qu’est-ce que le jeu en ligne selon les régulateurs et les tribunaux en Inde ?

La Cour suprême de l’Inde en 1996, par le biais du jugement KR Lakshmanan, a élaboré un concept directeur pour régir la pratique des jeux/jeux en ligne. Les jeux, où le hasard prédomine sur l’habileté, sont interdits, tandis que les jeux, où l’habileté prévaut sur le hasard, sont autorisés.

En fait, par rapport à d’autres jeux en ligne, les tribunaux ont été plutôt démonstratifs en créant un espace pour les sports fantastiques. Le Punjab & Haryana et les Hautes Cours de Bombay ont conclu que les jeux proposés par Dream 11 (Fantasy Cricket, Kabaddi et Football, entre autres) exigent des compétences, des connaissances, du jugement et de l’attention et ne sont donc pas considérés comme relevant du portée du jeu en ligne.

Le document de consultation 2020 de NITI Aayog sur les jeux a également exprimé les mêmes sentiments que celui de la Cour suprême en raison du facteur d’intérêt public et du traitement différentiel auquel sont confrontés les jeux de sport fantastique dans les États indiens.

Malgré cela, en l’absence d’un mécanisme de régulation, les autorités semblent avoir donné aux E-sports une identité distincte et ont taxé les jeux/paris hippiques de la même manière qu’elles taxent les E-sports.

Les frais d’inscription correspondent-ils à un pari ?

Les paris ou les paris impliquent la transaction d’argent ou de tout type de propriété pour deviner le résultat d’une course, d’un jeu ou de tout autre événement imprévisible. L’article 30 de l’Indian Contract Act rend les accords par voie de pari nuls et inapplicables. Les éléments essentiels pour parier constituent l’exécution du marché en fonction de la détermination d’un événement incertain où les deux parties ont des chances mutuelles de gain et de perte et où aucune des parties n’a le contrôle sur le déroulement de l’événement dans un sens ou dans l’autre.

Cependant, payer des frais d’inscription pour participer à des tournois de sports électroniques n’est pas la même chose que de parier sur des jeux en ligne.

Contrairement aux jeux de hasard, dans les sports électroniques, la quantité de compétences et de talents impliqués dans la maîtrise du jeu a conduit à sa professionnalisation. De plus, dans les jeux d’e-sport, le prix en argent gagné est pré-déclaré et ne dépend pas du nombre de personnes participant au concours comme dans le cas des autres jeux en ligne.

Affirmer que l’inscription aux sports électroniques est identique aux paris et devrait donc être taxée de la même manière, revient à dire que tous les sports/débats pour lesquels des frais d’inscription sont requis constituent un événement de pari.

C’est un argument ridicule et on peut espérer que les autorités et le Conseil fiscal s’y attardent davantage.

Conclusion : Moment opportun pour définir l’E-sport

Les sports électroniques sont des compétitions organisées, pour les genres de jeux vidéo de sports traditionnels (tir à l’arc, échecs, football, cricket, etc.), arène de combat en ligne multijoueur (MOBA), stratégie en temps réel (RTS), combat et jeu de tir à la première personne ( FPS).

Les athlètes de sports électroniques concourent uniquement sur leur talent et leurs compétences pour déterminer la performance/le résultat.

Ainsi, dans l’univers du jeu, l’habileté contre le hasard est maintenant une question dépassée. Ce qui doit être examiné de près, c’est la différence entre les sports électroniques et les autres formes de jeux en ligne. Que les jeux en ligne existent comme une exception à la définition du jeu en vertu de la loi et soient pourtant taxés de la même manière, semble injuste.

De plus, une augmentation d’impôt ne ferait que reporter la charge de ce paiement sur les joueurs d’E-sports.

Taxer deux services/biens de la même manière simplement parce qu’ils relèvent du même secteur implique qu’un produit cosmétique ou un tampon doit être taxé de la même manière. Ce sont des différences que le fisc a déjà identifiées et on peut espérer qu’il continue à faire de même, même pour les E-sports.

C’est en effet le moment opportun pour le Conseil de la TPS et d’autres autorités de régulation de reconnaître les E-sports comme une catégorie de jeux en ligne et de les différencier des jeux et paris en les définissant.

(L’auteur est un avocat spécialisé dans les investissements et les politiques. Les opinions exprimées sont personnelles et pas nécessairement celles de Financial Express Online)

Obtenez les cours boursiers en direct de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles sur les IPO, les meilleures introductions en bourse, calculez votre impôt à l’aide de la calculatrice de l’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions du marché. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Share