Voyage aux États-Unis: de grands espoirs de levée de l’interdiction pour les Britanniques après la réouverture de la frontière britannique aux Américains | Royaume-Uni | Nouvelles

Mercredi, Grant Shapps a annoncé que le Royaume-Uni supprimerait les restrictions de voyage pour les voyageurs entièrement vaccinés en provenance de l’UE et des États-Unis à partir de 4 heures du matin le 2 août. Nous ne pouvons établir les règles que de notre côté, et cela a toujours été le cas. »

M. Shapps a ajouté: « Nous disons: » Vous pouvez venir ici, vous pouvez venir visiter, vous pouvez venir voir des amis, vous pouvez venir en tant que touriste si vous avez été doublement vacciné et suivez les règles sans quarantaine.

« Nous ne pouvons pas changer cela de l’autre côté, mais nous nous attendons à ce qu’à temps ils publient ce décret exécutif, qui a en fait été signé par le président précédent et interdit les voyages entrants. »

Actuellement, les personnes voyageant au Royaume-Uni en provenance des pays de la liste orange sont tenues de se mettre en quarantaine pendant 10 jours.

Cela inclut de passer un test PCR coûteux les deuxième et huitième jours, avec la possibilité de « tester » le cinquième jour avec un autre test.

LIRE LA SUITE: Le Royaume-Uni abandonne les règles de quarantaine de voyage donnant un coup de pouce au tourisme de 31 milliards de livres

Les rapports suggèrent que les États-Unis réfléchiront longuement et sérieusement avant de prendre une telle décision en raison de la variante Delta en plein essor.

« Compte tenu où nous en sommes aujourd’hui … avec la variante delta, nous maintiendrons les restrictions de voyage existantes à ce stade pour plusieurs raisons », a déclaré Jen Psaki, attachée de presse de la Maison Blanche, lors d’un point de presse lundi.

« La variante delta plus transmissible se répand ici et dans le monde.

« Poussés par la variante delta, les cas augmentent chez nous, en particulier chez ceux qui ne sont pas vaccinés et semblent susceptibles de continuer dans les semaines à venir. »

Aux États-Unis, la variante Delta représente désormais 83 % de tous les cas, le taux de mortalité augmentant de 20 % par rapport à la semaine précédente.

Share